Léa Seydoux : "Le cinéma a changé ma destinée"

Léa Seydoux : "Le cinéma a changé ma destinée"©JACOVIDES-MOREAU, BestImage

, publié le 18 mai

Léa Seydoux s'est rapidement imposée comme une figure incontournable du cinéma français. Si le Festival de Cannes n'a pas pu avoir lieu, l'actrice a fait son cinéma dans l'édition spéciale de ELLE.

À 34 ans, Léa Seydoux a déjà une jolie carrière derrière elle. Après plusieurs récompenses dont une Palme d'Or à Cannes en 2013, pour son rôle dans "La Vie d'Adèle", elle sera une nouvelle fois, aux côtés de Daniel Craig, dans le prochain James Bond "Mourir peut attendre", au cinéma en novembre 2020. C'est pour le magazine ELLE que celle qui s'inspire de Catherine Deneuve raconte ce qui l'a poussé vers ce métier.

Son amour pour le cinéma commence dès son plus jeune âge : "Il s'est infiltré de façon assez naturelle. J'habitais le 6e arrondissement de Paris, qui comptait de nombreuses salles, l'Action Christine, Le Champollion... Mes parents n'étaient pas spécialement cinéphiles, mais cela campait le décor. J'ai grandi en voyant des salles de cinéma ! Nous avions des cassettes VHS, que je regardais en boucle. Les dessins animés de Walt Disney, mes premières émotions, 'Les Enfants du paradis' avec Arletty, 'La Belle et la Bête', de Jean Cocteau... des films romanesques. Un conte tchèque, aussi, que j'adorais : 'Trois noisettes pour Cendrillon', un chef-d'oeuvre !"

"Ce métier, c'est toute ma vie"

Son amour du cinéma est "né d'un désir, d'un besoin d'exister, d'appartenir à un monde, à une communauté. C'était ça ou rien. Au-delà du cinéma, c'est comme si j'avais trouvé une famille. Ce métier, c'est toute ma vie. Il m'a guidée, m'a fait rencontrer des gens merveilleux, à commencer par mon agent, qui m'a tout appris, des metteurs en scène, qui sont de vraies histoires d'amour. Arnaud Desplechin dit que le cinéma est une façon de questionner le monde, je trouve ça très vrai, il y a tous ces gens qui viennent de pays différents, de milieux différents, c'est passionnant. Et inépuisable. J'ai appris à aimer grâce au cinéma, à vivre grâce au cinéma. Le cinéma m'a offert une vie qui est plus qu'un métier, et il a changé ma destinée".

Parmi la trentaine de long-métrage dans lesquelles elle a tourné, Léa Seydoux retient : "'Belle Épine', 'La Belle Personne', 'L'Enfant d'en haut', 'Juste la fin du monde', 'La Vie d'Adèle', même si j'ai eu du mal à l'aimer, même si j'ai mis du temps, ça a été une expérience si compliquée... J'ai aussi adoré tourner avec Bruno Dumont dans 'Jeanne', dont Christophe a signé la magnifique bande-son, avec Arnaud Desplechin, Wes Anderson... C'est difficile de choisir, je fais des films que j'ai envie de voir, qui éveillent un désir de cinéphile." Et ajoute : "Celui qui m'a définie, c'est évidemment 'La Vie d'Adèle', de Kechiche. Ça a été tellement de temps, si intense, il m'a construite même aux yeux des autres, c'est le moment où j'ai existé pour le public. Mais 'La Belle Personne', à sa façon, me constitue aussi, ce sont mes premiers émois."

Les commentaires sont désactivés pour cette page.