La cérémonie d'ouverture rend un hommage poétique à Agnès Varda

La cérémonie d'ouverture rend un hommage poétique à Agnès Varda©Matt Winkelmeyer, Getty Images

Solène Filly, publié le 15 mai

Maître de cérémonie pour la quatrième fois, Édouard Baer a livré un discours empreint de philosophie et de poésie pour rendre hommage à Agnès Varda et au cinéma.

L'affiche de cette 72e édition du Festival de Cannes, c'est elle. Pour cette cérémonie d'ouverture, c'est donc elle, aussi, qui apparaît en premier via un extrait du film "Varda, par Agnès", l'inoubliable cinéaste de la nouvelle vague disparue le 29 mars 2019. Lorsqu'Édouard Baer, le maître de cérémonie, entre en scène, il n'est d'ailleurs pas seul puisqu'un fauteuil, au nom d'Agnès Varda, l'accompagne.

Un moment d'émotion

Le comédien a livré un vibrant hommage à la réalisatrice, avant de disserter sur le cinéma en général. "C'est miraculeux que les gens se déplacent dans les salles de cinéma. 1 minute 30, c'est beaucoup à l'heure des réseaux sociaux", a-t-il lancé. Heureusement, les amoureux du septième art sont encore nombreux et parfois, dans la pénombre, la magie opère : "À Cannes, la salle est tellement spectaculaire que le film s'arrête pour regarder." Son discours a pris fin comme il a commencé : par un hommage à Agnès Varda, cette fois-ci grâce à Angèle, la chanteuse belge, qui a repris le titre Sans toi de "Cléo de 5 à 7", composé par Michel Legrand - lui aussi disparu un peu plus tôt cette année. Un moment fort, empli d'émotion, comme l'a traduit le regard embué d'Amira Casar.

"Le pouvoir libérateur du cinéma"

Est alors venu le moment de présenter le jury, présidé cette année par Alejandro González Iñárritu qui prend très au sérieux son rôle, même s'il ne se "considère pas comme un juge". Ce dernier a souligné "le pouvoir libérateur du cinéma" et a déclaré espérer, avec ses jurés, pouvoir récompenser un film qui "résonnera dans (leur) coeur, (les) bouleversera et (les) consolera quand (ils seront) tristes".

Édouard Baer a également tenu à rendre hommage, au piano, à Jim Jarmusch, "the man with the silver hair" (l'homme aux cheveux gris) et Bill Muray, "the man with the poker face" (l'homme impassible), venus présenter en ouverture du Festival "The Dead Don't Die", après avoir salué les enfants d'Agnès Varda, ainsi que les proches de Jean Rochefort. Ce sont finalement Charlotte Gainsbourg et Javier Bardem qui ont eu l'honneur, en français et en espagnol, de déclarer la 72e édition du Festival international de film de Cannes ouverte.

Les commentaires sont désactivés pour cette page.