L'Intouchable : Harvey Weinstein au coeur d'un documentaire choc

L'Intouchable : Harvey Weinstein au coeur d'un documentaire choc©Le Pacte, DR

Solène Filly, publié le 13 août

Plus que l'homme, c'est le système autour de Harvey Weinstein que la réalisatrice Ursula Macfarlane dénonce dans son documentaire, en salle à partir du 14 août 2019.

Alors que l'affaire Weinstein inspire des scénaristes, et que son procès s'ouvrira aux États-Unis en septembre prochain, c'est un documentaire qui arrive pour le moment dans les salles obscures. Et il est glaçant. Baptisé "L'Intouchable", il raconte l'ascension et la chute du magnat de l'industrie du film, dénonçant à la fois son comportement mais aussi le système qui l'a protégé pendant 40 ans.

Pour ce faire, la réalisatrice Ursula Macfarlane a discuté avec plusieurs victimes d'Harvey Weinstein. Un exercice "épuisant" pour ces dernières et qui a nécessité beaucoup de préparation afin qu'elles aient "confiance" en elle, comme elle l'a confié à Au Féminin.

"Il avait un tel pouvoir sur tout le monde"

Des témoignages qui ont permis à ces femmes de reprendre le pouvoir. En effet, jusqu'aux révélations d'octobre 2017 dans le New York Times et le New Yorker, le producteur semblait inatteignable. Toujours au site d'Au Féminin, la réalisatrice a expliqué : "Il avait un tel pouvoir sur tout le monde. Les médias, les agents, les actrices..."

Autres paroles libérées, celles des employés de Miramax, la société de Weinstein. "Il y a tout un entourage qui savait quelque chose" et était donc complice volontairement ou involontairement, selon Macfarlane, qui le décrit comme "un hommeeffrayant". Outre les menaces, le chantage et les violences, "même physiquement, il en imposait beaucoup" : "Il est gros, grand et la violence physique qu'il renvoyait ne laissait pas indifférent. (...) Il devait avoir un côté un peu mafieux et tyrannique."

Si Macfarlane croit au pouvoir de l'éducation pour changer les moeurs, elle est pour le moment assez pessimiste : "Il y a une réelle prise de conscience et ça c'est très bien. (Mais) beaucoup de femmes me disent que dans leurs sociétés, dans les médias ou n'importe quelle entreprise, elles ne ressentent pas vraiment de changements."

Les commentaires sont désactivés pour cette page.