Spike Lee récompensé par le prix Chaplin : il critique l'Académie des Oscars

Spike Lee récompensé par le prix Chaplin : il critique l'Académie des Oscars©JACOVIDES-BORDE-MOREAU - Spike Lee à la Cérémonie d'ouverture du 74e Festival de Cannes, le 6 juillet 2021., BestImage

, publié le 13 septembre

Le 9 septembre 2021, Spike Lee a reçu le 46e prix annuel du Chaplin Award au Lincoln Center. Le réalisateur en a profité pour évoquer sa carrière et plus particulièrement sa vision sur les Oscars, comme l'a rapporté The Hollywood Reporter, le 10 septembre.

La remise du prix Chaplin, le 9 septembre dernier a marqué cette année la réouverture du Alice Tully Hall, du Lincoln Center fermé depuis mars 2020 à cause du Covid-19. Un grand moment pour Spike Lee qui a eu l'honneur de recevoir le 46e prix annuel. Celui qui a reçu son premier Oscar en 2019, pour le film "BlacKkKlansman", a confié que tous les artistes voulaient "être acclamés et reconnus pour leur travail, quel qu'il soit." Il a ensuite fait part de sa vision des Oscars depuis son enfance, et notamment de comment l'Académie faisait leur sélection : "La plupart du temps, face aux films choisis par l'Académie, je me disais que c'était une grosse bêtise. Dès mon plus jeune âge, je savais que les films qui ne gagnaient pas, pouvaient résister à l'épreuve du temps."

"Oubliez les Oscars"

Bien évidemment Spike Lee a précisé qu'il ne fallait pas faire cette généralisation sur tous les films, en précisant que pour lui, les deux grands gagnants sont "100" et "Driving Miss Daisy".

Le réalisateur n'a pas omis de revenir sur les Oscars de 2019, lors desquels il a attiré les foudres, puisque ce dernier a quitté son siège lorsque l'Oscar du meilleur film a été décerné à "Green Book", de Peter Farrely, au dépend de "BlacKkKlansman". Le cinéaste a également évoqué la pression que les artistes pouvaient endurer, puisqu'au-delà de l'Académie des Oscars, ils sont confrontés au public et aux critiques des médias. "Oubliez les Oscars. Il y a des films qui sortent et qui sont critiqués. Mais quand le temps passe, ils deviennent des grands films.", a-t-il déclaré en prenant pour exemple sa comédie dramatique "Bamboozled". Un discours qui s'est terminé par quelques mots du président de la fondation Ford Darren Walker, qui a décrit Spike Lee comme une personne créative "que nous admirons, adorons et aimons."

Les commentaires sont désactivés pour cette page.