Portrait de la jeune fille en feu : deux femmes amoureuses en plein 18e siècle

Portrait de la jeune fille en feu : deux femmes amoureuses en plein 18e siècle©Pyramide Distribution, DR

, publié le 18 septembre

Récompensé du Prix du scénario au Festival de Cannes 2019, "Portrait de la jeune fille en feu" de Céline Sciamma sort ce 18 septembre en salle. Un film qui aborde deux sujets peu traités au cinéma : les amours lesbiens et les femmes peintres au XVIIIe siècle.

Dans "Portrait de la jeune fille en feu", Noémie Merlant incarne Marianne, une peintre engagée pour réaliser en secret le portrait d'Héloïse (Adèle Haenel), promise à un homme qu'elle ne veut pas épouser. C'est en se faisant passer pour une dame de compagnie que Marianne va approcher Héloïse, jusqu'à en tomber amoureuse. Film d'époque, l'oeuvre de Céline Sciamma n'est pas basée sur une histoire vraie mais la réalisatrice s'est tout de même inspirée des nombreuses peintres femmes en exercice au XVIIIe siècle.

"Il y avait des peintres femmes et c'était un moment où elles faisaient carrière, elles vivaient de leur art, et donc j'aurais pu en choisir une. Mais comme elles ont été effacées de l'histoire, il y avait vraiment l'envie de les raconter toutes, en inventant une peintre", a-t-elle ainsi expliqué à AlloCinélors de son passage sur la Croisette en mai dernier.

"Des femmes que l'on autorise à aimer"

L'autre aspect très important du long-métrage est la relation amoureuse entre les deux héroïnes. "Il est rare de voir un film porté uniquement par des femmes, qui plus est des femmes que l'on autorise à aimer, à vivre, à désirer. Céline parle de sexualité et de sensualité avec une grande sincérité, loin de la standardisation et des stéréotypes véhiculés par le regard masculin dominant", assure Adèle Haenel dans un entretien à Version Femina.

Et de poursuivre : "En filmant cette parenthèse amoureuse entre deux femmes dans la Bretagne du XVIIIe siècle, elle filme un modèle possible mais qui, officiellement, n'existe pas dans la société de l'époque. Elle montre la vie telle qu'elle pourrait être et telle qu'elle est interdite par le monde."

Les commentaires sont désactivés pour cette page.