Bronzé mais pas que : 3 films où Gérard Jugnot s'illustre sans sa troupe

Bronzé mais pas que : 3 films où Gérard Jugnot s'illustre sans sa troupe©Pathé Distribution - Gérard Jugnot dans "Les Choristes" (2004) de Christophe Barratier., DR

, publié le 4 mai

Trouver le succès même sans le Splendid : mission impossible ? En groupe comme en cavalier seul, Gérard Jugnot a su se démarquer à l'aide de sa gouaille et de sa bonne tête ronde. Sans ses copains Christian Clavier, Thierry Lhermitte, Josiane Balasko, Marie-Anne Chazel et Michel Blanc, l'acteur du "Père Noël est une ordure" est loin d'être perdu au milieu des projecteurs. Mardi 4 mai 2021, il célèbre ses 70 ans, l'occasion parfaite pour se remémorer trois oeuvres dans lesquelles il est le seul "bronzé".

"Les Choristes" (2004) de Christophe Barratier

Pour les garçons peu dociles du pensionnat du Fond de l'Étang, le personnage joué par Gérard Jugnot apporte la sérénité. Clément Mathieu enseigne la musique, le seul échappatoire possible dans cet établissement scolaire aux règles strictes. Alors que le professeur pense avoir échoué dans sa vocation, il va révéler le talent de ces cancres. Avec Pierre Morhange (Jean-Baptiste Maunier), Pépinot (Maxence Perrin) et tous les autres, il monte une fabuleuse chorale. Les titres interprétés par ces voix d'anges sont restés ancrés dans le coeur des Français. Le comédien prouve, ici, qu'il sait faire beaucoup rire mais aussi sacrément pleurer.

"Tandem" (1987) de Patrice Leconte

Numéro de maîtres ! Gérard Jugnot, en homme sensible accablé par la vie, et Jean Rochefort, en animateur sur le déclin et franchement ringard, sont deux héros tragi-comiques immortalisés par Patrice Leconte. Depuis vingt-cinq ans, le duo parcourt ensemble toute la France pour que le présentateur radio de La langue au chat puisse réaliser ses émissions. Lorsque son assistant apprend que le programme risque d'être supprimé, les choses se compliquent. Une oeuvre douce-amère sur l'importance du paraître, les jeux d'illusion et sur l'essentiel : l'amitié. Huit nominations aux César, un joli score !

"Une époque formidable..." (1981) de Gérard Jugnot

Avec plusieurs cordes à son arc, Gérard Jugnot a pu se glisser sans peine derrière la caméra. Pour son quatrième film, "Une époque formidable...", où il joue également l'un des rôles principaux, l'acteur-cinéaste s'entoure de Richard Bohringer, Victoria Abril, Charlotte de Turckheim ou encore Zabou Breitman. Il est Michel Berthier, un cadre qui se retrouve au chômage et quitte le domicile conjugal pour vivre au milieu de personnes sans domicile fixe, qui deviennent rapidement des amis. Cette chute sociale, aussi dramatique que satirique, est la meilleure réalisation du septuagénaire avec "Monsieur Batignole" (2002).

Les commentaires sont désactivés pour cette page.