Sous le poirier, la mort