Yves Rénier : 3 faits divers transposés à l'écran par le Commissaire Moulin

Yves Rénier : 3 faits divers transposés à l'écran par le Commissaire Moulin©Chognard Etienne / TF1 - Yves Rénier dans la saison 8 (2004 - 2008) de "Commissaire Moulin", épisode "Le sniper"., Sipa

, publié le 26 avril

Celui qui disait ne pas aimer "les pleureuses" laisse les spectateurs français en peine, habitués à sa présence charismatique qui emplissait les écrans depuis les années 1960. Dans la nuit du 23 au 24 avril 2021, Yves Rénier est décédé d'un malaise cardiaque à son domicile de Neuilly-sur-Seine. L'homme à l'air de gouaille avait 78 ans. S'il est plus connu sous sa casquette de Commissaire Moulin, il n'était pas seulement un comédien zélé prêt à résoudre toutes les enquêtes mais aussi un réalisateur désireux de retranscrire la réalité des affaires criminelles à l'écran.

"Jacqueline Sauvage, c'était lui ou moi" (2018)

Trois balles dans le dos de son mari violent et la ménagère à la retraite Jacqueline Sauvage passe du statut de "Madame Tout-le-Monde" à celui de "criminelle". Après une première condamnation à dix ans de prison, la femme abusée par son mari pendant des décennies, comme ses filles, est graciée en 2016. Cette histoire a éveillé l'intérêt d'Yves Rénier, grand passionné de faits divers. Avec Muriel Robin dans le rôle-titre, il a réalisé le téléfilm diffusé en octobre 2018. Huit millions de spectateurs étaient au rendez-vous. "Il n'a jamais choisi la facilité, il aimait traiter des sujets graves parce qu'ils font partie de la vie des gens (...) Nous n'avons jamais vraiment mis de mots sur son engagement contre les violences faites aux femmes. Il était dans l'action. Mais le fait qu'il ait choisi ce sujet pour son film, le fait aussi qu'il ait rencontré Jacqueline Sauvage de nombreuses fois montre bien à quel point son combat lui tenait à coeur", s'est remémorée avec émotion Muriel Robin auprès de France Info le 24 avril.

"La Traque" (2021)

En se basant sur l'ouvrage "La mésange et l'ogresse" d'Harold Cobert, Yves Rénier s'est intéressé au couple de tueurs formé par Michel Fourniret et Monique Olivier. Les amants criminels ont séquestré, violé puis tué onze jeunes filles entre la France et la Belgique mais sont toujours soupçonnés dans d'innombrables affaires similaires. Avec Philippe Torreton et Isabelle Gélinas dans la peau des personnages principaux, l'interprète du Commissaire Moulin fait revivre la traque du monstre des Ardennes. Yves Rénier avait à coeur de montrer la "fusion" dans la folie de ces deux êtres, tout en assurant être bien "du côté des victimes". Un sujet audacieux qui n'a pas manqué de faire polémique.

"Je voulais juste rentrer chez moi" (2017)

Autre récit sensible, Yves Rénier s'est attaqué à l'erreur judiciaire dont a été victime Patrick Dils, condamné en 1989 à 16 ans de prison pour le meurtre de deux enfants avant d'être acquitté... 15 ans après. Après avoir lu son autobiographie aux "ditions Michel Lafon, "Je voulais juste rentrer chez moi" (2002), l'acteur et réalisateur a tenté de le rencontrer à plusieurs reprises. En vain. Ce dernier a alors décidé d'axer son téléfilm sur la mère de celui qui était adolescent au moment des faits. En 2017, l'ancien détenu expliquait sur Europe 1 : "Quand il est revenu la dernière fois vers moi en changeant son optique et en mettant en avant surtout le combat de ma maman, j'ai dit oui car il fallait rendre hommage à cette femme exceptionnelle, une mère courage, déterminée, qui n'a jamais douté de mon innocence. Elle a tout mis en oeuvre pour me sortir de cette panade."

Les commentaires sont désactivés pour cette page.