Woody Allen aimerait devenir une égérie du mouvement #MeToo

Woody Allen aimerait devenir une égérie du mouvement #MeToo©Action Press, BestImage

Émilie Nougué, publié le 5 juin

Dans un entretien accordé à la chaîne de télévision argentine Canal 13 et diffusé le 4 juin 2018, le cinéaste apporte son soutien au mouvement #MeToo, allant même jusqu'à dire qu'il pourrait en devenir une égérie masculine.

Woody Allen estime en effet avoir eu une attitude exemplaire tout au long de sa carrière. Il affirme : "J'ai travaillé dans le cinéma pendant 50 ans, j'ai travaillé avec des centaines d'actrices, et pas une seule n'a suggéré la moindre attitude déplacée." Pour lui, il est "bon d'exposer" les auteurs d'agressions sexuelles. "Des gens sont accusés d'abus par 20, 50, 100 femmes", souligne-t-il, faisant référence au producteur déchu Harvey Weinstein.

J'ai été traîné dans la boue

Le réalisateur de "Vicky Cristina Barcelona" a pourtant été accusé d'attouchements sexuels envers sa fille adoptive Dylan Farrow lorsque celle-ci avait sept ans. Si la justice n'a pas donné suite à cette plainte faute de preuves tangibles, plusieurs acteurs et actrices lui ont depuis tourné le dos. Pour Canal 13, Woody Allen nie de nouveau les faits : "Moi, je n'ai été accusé que par une femme, dans le cadre d'une affaire de garde d'enfants, qui a été l'objet d'une enquête et (l'accusation) s'est révélée fausse. J'ai été traîné dans la boue avec ces gens-là."

Il poursuit : "Je me sens mal d'être accusé d'une chose terrible. Je devrais être une tête d'affiche du mouvement #Metoo." Se qualifiant de "fervent partisan" de ce mouvement de libération de la parole, il indique aussi que sur ses tournages, les femmes qui travaillaient derrière les caméras touchaient le même salaire que les hommes.

Les commentaires sont désactivés pour cette page.