Serge Gainsbourg : 3 films où il a donné la réplique à Jane Birkin

Serge Gainsbourg : 3 films où il a donné la réplique à Jane Birkin©Nana Productions - Jane Birkin et Serge Gainsbourg dans "Slogan" (1969) de Pierre Grimblat., Sipa

, publié le 2 mars

L'homme à la tête de chou l'avait bien remplie. Le bouillonnement créatif de Serge Gainsbourg l'a emmené vers d'autres horizons que la musique, comme le septième art où il a opéré une percée remarquée en s'illustrant dans des rôles éclectiques. Mardi 2 mars 2021 sonne les trente ans de sa disparition. En hommage à ce décadent dandy français, maître des mots mais aussi de son apparence, retour sur trois oeuvres où le chanteur joue l'acteur aux côtés de sa muse Jane Birkin.

"Slogan" (1969) de Pierre Grimblat

L'histoire d'un des couples d'artistes français les plus médiatisés commence sur un plateau de tournage. Fraîchement arrivée en France après avoir tourné l'année précédente dans "Blow-Up" (1966) de Michelangelo Antonioni, Jane Birkin prend la tête d'affiche de "Slogan" aux côtés de Serge Gainsbourg. Sur le plateau, elle le trouve "arrogant" et raconte qu'il n'a alors "aucune gentillesse" à son égard, comme elle l'explique au Monde en 2017. Pierre Grimblat est bien embarrassé par la mésentente entre ses deux comédiens qui doivent jouer des amoureux lancés dans une relation adultère. Pour désamorcer les conflits, le réalisateur organise un dîner chez Régine où les futurs amants se découvrent. La suite ? Le monde entier la connaît !

"Les Chemins de Katmandou" (1969) d'André Cayatte

Relayé en second rôle derrière sa belle Jane Birkin, Serge Gainsbourg tient le rôle de Ted dans ce long-métrage écrit par René Barjavel. Le synopsis dramatique, entre histoire débridée et violentes luttes intérieures, est le suivant : "Parti au Népal à la recherche de son père, Olivier fait la connaissance de Jane, dont il tombe amoureux. Mais cette jolie hippie sombre dans la drogue. Olivier est prêt à tout pour la sauver de cet enfer."

"Cannabis" (1970) de Pierre Koralnik

Au cours de l'année érotique de 1969, comme Serge Gainsbourg et Jane Birkin adoraient le chanter, les deux artistes tournent "Cannabis", un faux film de gangsters volontairement provocateur à l'image de ce couple transgressif. Extrêmement mal reçue par la critique comme le public, l'oeuvre si particulière entre tirs et scènes dénudées raconte "la rencontre, dans un avion, d'un gangster américain et de la fille d'un diplomate". Rien qu'avec le titre, il est difficile de ne pas sourire en imaginant Gainsbarre prendre un sacré plaisir à bousculer les spectateurs des seventies.

Les commentaires sont désactivés pour cette page.