Sandrine Bonnaire : "Agnès Varda et Maurice Pialat ont changé mon destin"

Sandrine Bonnaire : "Agnès Varda et Maurice Pialat ont changé mon destin"©Rudling - Cliché de Sandrine Bonnaire aux côtés de Maurice Pialat, pris en juin 1987., Sipa

, publié le 5 avril

Après trente-huit années de carrière dans le cinéma, Sandrine Bonnaire s'est rappelée au bon souvenir de ses deux mentors, Maurice Pialat et Agnès Varda. Au micro de Michel Denisot sur Europe 1, samedi 27 février 2021, elle a exprimé toute sa gratitude.

Jeune fille sensuelle dans "À nos amours" (1983) de Maurice Pialat puis attachante vagabonde dans "Sans toit ni loi" (1985) d'Agnès Varda, Sandrine Bonnaire bâtit sa carrière sur ces deux merveilleux tremplins qui seront le socle d'une filmographie intense. Elle est premièrement remarquée à une audition par le réalisateur de "Loulou" (1980) qui la sélectionne pour le rôle principal, alors qu'elle passait simplement là pour décrocher un poste de figurante et se rêvait chanteuse. Au micro d'Europe 1, Sandrine Bonnaire l'appelle "son mentor" : "C'est lui qui m'a tout appris, qui m'a donné mes premiers pas dans ce métier. Et c'est vrai que j'ai gardé sa méthode de travail qui n'était pas des moindres." Alors qu'elle tourne dans un second long-métrage du cinéaste, "Police" (1985), c'est au tour d'une grande réalisatrice de chambouler son existence.

"Je ne sais pas ce que j'aurais fait si je ne les avais pas rencontrés"

Sandrine Bonnaire rencontre Agnès Varda qui, après le César du meilleur espoir féminin raflé grâce à sa première collaboration avec Maurice Pialat, va lui faire recevoir celui de la meilleure actrice. "Le film de Pialat était une révélation, on ne me connaissait pas. On pouvait douter de mes capacités parce qu'il y a des actrices qui ne sont bonnes que dans un film, ou qui n'ont l'histoire que d'un film. Mais 'Sans toit ni loi' m'a vraiment confirmée dans le métier", explique-t-elle.

Ces deux monstres du cinéma l'ont "accompagnée" et "rendue sereine, malgré leur mauvais caractère à tous les deux" : "Ils m'ont rendue sereine parce qu'ils ont changé mon destin. Je n'étais pas amenée à faire ce métier. Je ne sais pas, d'ailleurs, ce que j'aurais fait si je ne les avais pas rencontrés." En hommage à ces disparus qui l'ont tant marquée, elle ajoute : "Ils m'ont permis de m'exprimer, m'ont donné la chance de changer ma vie sociale, de gagner de l'argent, d'être indépendante, d'être reconnue, de pouvoir dire 'non', de pouvoir dire 'oui'. C'est merveilleux."

Les commentaires sont désactivés pour cette page.