Sandrine Bonnaire : à cause de son premier César, elle a dû s'endetter

Sandrine Bonnaire : à cause de son premier César, elle a dû s'endetter©Pierre Perusseau, BestImage

Solène Filly, publié le 28 juin

En 1984, Sandrine Bonnaire remporte son premier César. Un moment qui aurait dû être merveilleux pour elle, mais qui s'est malheureusement transformé en cauchemar.

Nombreux sont les acteurs et actrices à rêver de remporter un jour un prix d'interprétation. Alors, quand en 1984 pour son rôle dans "À nos amours", Sandrine Bonnaire remporte le César du Meilleur espoir féminin, elle est aux anges. Mais sa joie ne sera que de courte durée. Interviewée dans La Bande Originale sur France Inter le 26 juin 2019, elle indique : "Ce premier César m'a coûté très cher." Et pour cause, ce soir-là, elle perd un bracelet d'une valeur de 100 000 francs (plus de 15 000 euros), prêté par une maison de joaillerie de luxe.

Un incident qui l'a marquée

"Je ne sais pas si je l'ai perdu ou si on me l'a volé ; à l'époque, il n'y avait pas autant de sécurité. Et comme j'ai gagné le César, il y a des gens qui m'ont félicitée et touchée", explique-t-elle. Dès qu'elle se rend compte de la disparition du bracelet, elle se tourne vers son agent, qui lui répond, comme le révèle Leïla Kaddour : "Sandrine, il va y avoir un doute, on va pouvoir penser que tu l'as volé, donc il faut le rembourser."

"Comme je venais de la banlieue parisienne (Grigny, ndlr), on m'a dit : 'C'est mieux de le rembourser, sinon ça va créer une mauvaise image de toi'", confie l'actrice récemment à l'affiche du téléfilm sur les attentats du Bataclan.

Sandrine Bonnaire est donc contrainte de s'endetter. "J'étais simplement docile, et comme c'est mon agent qui m'a demandé de le faire...", ajoute-t-elle, indiquant qu'outre ce conseil, il a été "formidable". Évidemment, si elle était à nouveau confrontée à une situation similaire, elle ne réagirait pas de la même façon : "Je sais qu'aujourd'hui, il y a des assurances. Mais pendant très longtemps, j'ai refusé qu'on me prête des bijoux."

Les commentaires sont désactivés pour cette page.