Robert Pattinson en Batman : "L'année dernière, je n'avais aucun travail"

Robert Pattinson en Batman : "L'année dernière, je n'avais aucun travail"©Action Press, BestImage

, publié le 13 mai

Comment se réapproprier l'homme chauve-souris déjà joué par Val Kilmer, George Clooney, Christian Bale, Adam West, ou encore Ben Affleck ? En acceptant d'interpréter le Chevalier Noir pour le réalisateur Matt Reeves, le comédien Robert Pattinson s'est posé ces questions... et a trouvé sa propre réponse, comme il l'a confié au magazine GQ mardi 12 mai 2020.

Sans chercher à créer des rapprochements avec ses prédécesseurs, l'acteur mise sur la distinction. Dans les colonnes de l'édition américaine de QG, Robert Pattinson assure que son implication donnera lieu à une version unique : "Il y a de très bonnes versions du personnage qui peuvent sembler intouchables, définitives. Mais je crois aussi qu'il y a de multiples façons de jouer le personnage de façon définitive". Le juste-au-corps noir avec le logo représentant un chiroptère est un poids qui pèse sur ses épaules et qu'il compte bien honorer : "On a vu la version assez légère de Batman, la version désabusée, la version un peu plus animale. Et ça devient plaisant d'essayer de résoudre cette énigme : où je me place là-dedans, quel est mon angle ? Et puis qu'est-ce qu'il faut que j'aille chercher en moi pour faire en sorte que ça marche ? C'est un rôle légendaire."

"C'est plus marrant quand d'autres ont labouré le terrain"

Désireux de prendre des risques dans son interprétation, l'acteur de 34 ans n'était pas aussi à l'aise après la signature du contrat. Il s'est avoué anxieux : "Je regardais le making-of de 'Batman et Robin' l'autre jour. Même à ce moment-là, George Clooney disait qu'il était inquiet parce qu'il avait peur de refaire ce qu'un autre a déjà fait (...) Et ça, c'était en 96 ou 97. Et puis il y a les versions de Christian Bale et Ben Affleck. Et je me suis dit qu'en fait, c'était plus marrant quand d'autres avaient déjà labouré le terrain".

Celui qui s'est récemment illustré dans "The Lighthouse" est à l'affiche d'un des films les plus attendus de 2021, alors que sa carrière était à l'arrêt en 2019 : "Au début de l'année dernière, je n'avais aucun travail. J'appelais mon agent et je lui disais : 'C'est quoi ce bordel ?! Je croyais que j'avais fait une super bonne année, et je commence la nouvelle comme si j'avais fait que des trucs pourris'. (...) Le problème avec les films que je faisais, et même si j'adorais les faire, c'est que personne ne les voyait. Et ça a commencé à me faire flipper, parce que c'était pas optimal pour ma carrière... Je sais pas combien de personnes, dans l'industrie du cinéma, sont prêtes à t'embaucher si t'es pas bankable."

Les commentaires sont désactivés pour cette page.