Redoine Faïd : comment le cinéma américain l'a inspiré

Redoine Faïd : comment le cinéma américain l'a inspiré©DR

Hélène Demarly, publié le 6 juillet

Le braqueur multirécidiviste s'est échappé en hélicoptère du centre pénitentiaire de Réau en Seine-et-Marne dimanche 1er juillet 2018. Un scénario digne d'Hollywood. Et pour cause, Rédoine Faïd est un grand amateur de films d'action.

Depuis sa plus tendre enfance, Rédoine Faïd est fasciné par les histoires de gangsters. Enfant déjà, il se met à voler avec trois copains, inspiré notamment par le film "Sleepers". "C'est exactement la scène (...) avec Robert De Niro : un mec pique un truc dans un magasin, le patron le poursuit, et pendant ce temps-là, ses potes pillent sa boutique", raconte-t-il dans son autobiographie "Braqueur, des cités au grand banditisme" (2010). Plus tard, il s'inspire du film "Point Break" pour le braquage de la BNP de Creil. Lui et ses complices se cachent le visage avec des masques de chefs d'État français. Dans le film US, les voleurs utilisent des masques de présidents américains.

Fan absolu de Michael Mann

Mais s'il y a bien un film que Rédoine Faïd connaît par coeur c'est "Heat" de Michael Mann, dont il s'inspirera d'ailleurs pour les attaques de fourgons blindés et portera, comme dans le long-métrage, des masques de hockey. Dans une interview au Point en 2010, il revendiquait clairement l'avoir copié : "Je rêvais de me faire un fourgon, il m'a donné le mode d'emploi. (...) Je l'ai revu sept fois au cinéma, une centaine de fois en DVD afin de disséquer la scène du braquage du fourgon qui m'a servi pour ma première attaque de convoyeurs."

Grand admirateur du réalisateur, il va jusqu'à le rencontrer lors d'une "leçon de cinéma" qui lui est consacrée à la Cinémathèque de Paris en 2009 et lui déclare, en dévoilant son identité, qu'il avait été, pour lui et pour l'organisation de ses braquages, "un conseiller technique, un prof de fac, une sorte de mentor". Ce à quoi, Michael Mann, gêné, lui rétorque simplement : "Merci... Je ne sais pas quoi répondre."

Les commentaires sont désactivés pour cette page.