"Ça fait partie du jeu" : quand Macha Méril parle de harcèlement au cinéma

"Ça fait partie du jeu" : quand Macha Méril parle de harcèlement au cinéma©Boyer-Genin-Marechal, Abaca

Jessica Rat, publié le 7 novembre

Interviewée dans le cadre de l'émission Stupéfiant ! lundi 6 novembre 2017 sur France 2, l'actrice a tout bonnement justifié le harcèlement sexuel au cinéma.

Rebondissant sur l'affaire Weinstein, le magazine culturel s'est interrogé sur le harcèlement sexuel dans le cinéma français, donnant la parole à quelques femmes du septième art hexagonal. Parmi elles, Macha Méril, qui a tenu des propos surprenants. Arguant "qu'il est impossible qu'un metteur en scène ne tombe pas amoureux de son actrice", jugeant même cela nécessaire pour que "le public (puisse) ensuite adorer ce personnage", la comédienne de 77 ans estime en effet : "Ça fait partie du jeu, ça fait partie de cette espèce de zone un peu trouble dans laquelle, quand on veut faire du cinéma, on se lance."

Des stars comme Catherine Deneuve "à l'abri"

Macha Méril ne parle donc pas de harcèlement, elle qui dit pourtant avoir elle-même été confrontée à des réalisateurs hardis. "Quelque fois ça me plaisait, quelque fois ça me plaisait pas", avoue-t-elle, avant de considérer : "Je trouve qu'il n'y a rien de mal à ça." Elle raconte en outre que "le producteur de 'Belle de jour', Raymond Hakim, était un homme qui adorait les actrices et ne se gênait pas". Et de préciser qu'en revanche, sa partenaire à l'écran Catherine Deneuve "était à l'abri", car "on avait besoin d'elle pour ce film donc (...) il ne fallait pas qu'elle soit importunée".

"Dans ces métiers-là (...) on ne va pas loin du feu, on va dans des zones extrêmement brûlantes," insiste encore Macha Méril. Et de considérer que, si l'on n'est pas prête à se brûler, "alors, il faut pas être actrice".

Les commentaires sont désactivés pour cette page.

 
15 commentaires - "Ça fait partie du jeu" : quand Macha Méril parle de harcèlement au cinéma
  • avatar
    papaboul -

    C'était connu dans le milieu du cinéma: il y a celle qui accepte et celle qui refuse.
    Celle qui accepte a le rôle dans le film et se fait connaitre comme actrice.

  • avatar
    bertille -

    Elle est une des rares qui ne se lamentent pas ...... et je l'approuve car elle a raison - il n'y a pas que dans le cinéma que la sollicitation masculine envers la gent féminine existe ... il y a une différence entre la sollicitation et le viol et en ce moment, on mélange tout .....

  • avatar
    Chouette8075 -

    Cette femme est abjecte. Elle est une mauvaise représentation des autres femmes et des actrices en général.
    Selon sa morale de prostituée volontaire, les actrices doivent tout accepter de leur metteur en scène si elles veulent percer. En d'autres termes, pour les femmes actrices, il n'y a pas de place à leur individualité ; elles doivent accepter d'être réduites à l'état d'objet sexuel.
    Par la publication de ce témoignage d'égout, le ou la journaliste démontre son soutien aux harceleurs et violeurs sexuels dans le monde du cinéma.
    Faire du fric avec ça, c'est franchement pas brillant...

  • avatar
    Chouette8075 -

    Cette femme est abjecte. Elle est une mauvaise représentation des autres femmes et des actrices en général.
    Selon sa morale de prostituée volontaire, les actrices doivent tout accepter de leur metteur en scène si elles veulent percer. En d'autres termes, pour les femmes actrices, il n'y a pas de place à leur individualité ; elles doivent accepter d'être réduites à l'état d'objet sexuel.
    Par la publication de ce témoignage d'égout, le ou la journaliste démontre son soutien aux harceleurs et violeurs sexuels dans le monde du cinéma.
    Faire du fric avec ça, c'est franchement pas brillant...

  • avatar
    maheut -

    Sagesse , Macha est pleine de sagesse et de vérité