Pourquoi Robert De Niro sert-il de prototype à une intelligence artificielle ?

Pourquoi Robert De Niro sert-il de prototype à une intelligence artificielle ?©Ascot Elite Home Entertainment - Robert De Niro dans "Bus 657" (2015) de Scott Mann., DR

, publié le 13 mai

Un flop peut-il avoir un avenir ? La majorité des échecs cinématographiques ne passent pas à la postérité, mais ce n'est pas le cas de "Bus 657". Grâce son acteur Robert De Niro, le film s'offre une nouvelle vie comme l'a expliqué IndieWire, mardi 4 mai 2021.

Thriller passé presque inaperçu à sa sortie en 2015, "Bus 657" a bien un futur. Le réalisateur Scott Mann utilise sa propre création pour monter une société de doublage avant-gardiste avec son partenaire commercial Nick Lynes. À l'aide de l'intelligence artificielle, les deux hommes recréent et éditent numériquement le visage d'un acteur pour synchroniser automatiquement, et au millimètre près, les mouvements de bouche et la piste audio de la langue dans laquelle il est doublé. Contrairement au deepfake, le procédé donne un résultat en trois dimensions. "La technologie Flawless convertit les visages des acteurs en un modèle 3D que l'IA utilise comme points de référence. Puis, en utilisant un enregistrement du dialogue en langue étrangère, il étudie l'acteur et génère un nouveau modèle 3D par image avant de les repasser en 2D", a précisé Nick Lynes. Le résultat est plus fluide. La performance du comédien est préservée dans son authenticité et le doublage n'est même plus perceptible.

Qui a inspiré cette invention ? Le grand Robert De Niro !

Scott Mann a eu l'idée de cette intelligence artificielle en voyant un mauvais doublage de son long-métrage. Le cinéaste a été frustré de constater que les choix d'interprétation de Robert De Niro étaient manqués par la traduction : "Les doublages ont supprimé les décisions De Niro pour son jeu, en modifiant le dialogue pour s'adapter à ses mouvements faciaux, au lieu d'adapter le scénario et de rester fidèle à sa performance. Il est devenu évident que le processus de doublage ne fonctionne pas." L'entrepreneur a assuré être en pourparlers avec des studios de cinéma et que la première oeuvre utilisant Flawless devrait paraître d'ici un an. À propos du public fan des VO avec sous-titres, l'homme s'est défendu : "Nous atteindrons bientôt le niveau où vous ne réaliserez pas que des effets spéciaux sont utilisés, et le débat se résoudra."

Les commentaires sont désactivés pour cette page.