Pour se préparer au rôle de Neil Armstrong, Ryan Gosling a visité la Nasa

Pour se préparer au rôle de Neil Armstrong, Ryan Gosling a visité la Nasa©Universal Pictures International France, DR
A lire aussi

Solène Filly, publié le 16 octobre

L'acteur a pu compter sur le soutien de la Nasa et de véritables astronautes pour se glisser plus facilement dans la peau du tout premier homme à avoir marché sur la Lune.

De sa mission à bord de la Station spatiale internationale, Thomas Pesquet a ramené des images incroyables formant le documentaire "16 levers de soleil". Et si Ryan Gosling ne s'est évidemment pas rendu sur la Lune pour incarner Neil Armstrong dans "First Man", il a tout de même été au plus près des machines qui servent aux missions spatiales lors d'une visite à la Nasa.

Des conseils très précieux

Une expérience "surréaliste" pour l'acteur et une "opportunité (qu'il a) encore un peu de mal à réaliser" comme il l'a expliqué au micro de RTL le 15 octobre 2018 : "C'est difficile de traduire combien ces machines étaient dangereuses et extrêmes. J'ai vu ces capsules Apollo, j'ai visité la Nasa avant de m'asseoir dans ces engins très fidèlement reconstruits pour le film avec dans l'oreille des astronautes qui avaient réellement volé dedans qui me parlaient, qui me conseillaient pendant les scènes."

Pour incarner Neil Armstrong, "un homme qui s'est construit à partir de ses failles", loin de "ce que l'on appelle un héros américain traditionnel", Damien Chazelle n'a pas hésité à choisir Ryan Gosling, avec lequel il avait collaboré pour le très acclamé "La La Land".

Toujours à RTL, le réalisateur explique : "Neil avait quelque chose de spécial dans son comportement, dans sa vision des choses, ça se voyait dans ses yeux. Et Ryan est quelqu'un qui sait traduire ça à l'écran de manière incroyable, même sans parler, d'un regard, d'un coup d'oeil, c'est exactement ce dont j'avais besoin pour ce personnage."

"First Man" est à découvrir en salle à partir du 17 octobre 2018.

Les commentaires sont désactivés pour cette page.