Pour Sauver ou périr, Pierre Niney a dû prendre "10 kilos de muscles"

Pour Sauver ou périr, Pierre Niney a dû prendre "10 kilos de muscles"©Mars Film, DR

Solène Filly, publié le 19 novembre

Le 28 novembre 2018, Pierre Niney sera à l'affiche de "Sauver ou périr" au côté d'Anaïs Demoustier. Un film pour lequel il a pris pas mal de muscle.

Dans le nouveau long-métrage de Frédéric Tellier, Pierre Niney se glisse dans la peau de Franck, un sapeur-pompier de Paris qui, après un incendie, se réveille à l'hôpital et découvre que son visage a fondu dans les flammes. Un rôle très dur psychologiquement, mais aussi physiquement pour l'acteur. À l'occasion de la sortie du film le 28 novembre prochain, Pierre Niney s'est confié à Paris Match sur ce rôle : "Franck à la force d'un leader, c'était la première fois que l'on me proposait d'incarner un tel personnage. J'ai aimé l'idée du défi : le mélange entre la puissance physique et la fragilité."

Prendre du muscle... et tout reperdre très vite

Si pour "Frantz" il avait appris le violon et l'allemand, cette fois-ci, il a du se mettre sérieusement au sport. Car pour être crédible en tant que sapeur-pompier, Pierre Niney a dû suivre un entraînement très strict. En juillet 2017, déjà, il avait partagé des vidéos de ses séances sur Twitter.

"J'ai été formé dans une caserne. La rigueur des pompiers m'a tout de suite plu. J'ai participé à des entraînements, porté le matériel, je suis monté à la corde ainsi que sur la fameuse planche à 2,40 mètres du sol, une épreuve symbolique", a-t-il ainsi expliqué à Paris Match. Un travail qui lui a permis de prendre "10 kilos de muscles", comme on peut le voir sur une photo partagée par l'acteur sur Instagram.

Finalement, c'est perdre ce poids qui a été plus difficile pour l'acteur, puisque dans la seconde partie du film, "Franck est à l'hôpital et est donc diminué physiquement" : "Pendant trois semaines, je n'ai bu que des jus ! J'avais également quatre heures de maquillage quotidien pour imiter les séquelles d'une peau brûlée. C'était intense."

Les commentaires sont désactivés pour cette page.