Pierre Richard ne peut pas "être un has-been"

Pierre Richard ne peut pas "être un has-been"©Action Press, BestImage

, publié le 1 octobre

Invité d'honneur du festival CineComedies à Lille, Pierre Richard en a profité pour donner, le 29 septembre 2018, une interview à BFMTV.com dans laquelle il revient sur ses plus grands rôles.

S'il cartonne actuellement dans les salles obscures avec le long-métrage "Les Vieux fourneaux", dans lequel il donne la réplique à Eddy Mitchell, Alice Pol et Roland Giraud, Pierre Richard s'est fait connaître grâce à ses personnages poisseux, distraits ou maladroits des films "La Chèvre", "Le Jouet" ou "Le Grand blond avec une chaussure noire". Des rôles burlesques dont le comédien est très fier. Un seul échappe à la règle : le comique has-been qu'il interprétait en 1997 dans "Droit dans le mur", réalisé par lui-même.

"Je ne suis jamais une victime"

"Je ne peux pas être un has-been", explique-t-il aujourd'hui à BFMTV.com, et d'ajouter : "Non pas parce que j'ai réussi dans ma vie. Cela n'a rien à voir. Parce que je ne suis jamais une victime. Dans 'Le Distrait' (qu'il a également réalisé, en 1970, ndlr), mon personnage n'est pas une victime. Ce sont ceux qui sont autour de moi qui sont des victimes."

Il est vrai qu'en regardant la filmographie de Pierre Richard, on se rend compte qu'il ne vaut mieux pas côtoyer ses personnages. "Dans 'La Chèvre', j'étais le porte-malheur. Si je me bute dans une porte vitrée à l'aéroport, ce n'est pas parce que je n'ai pas vu la porte ou que je suis distrait, c'est parce que la porte ne marche pas," se souvient-il ainsi. Et le comédien d'ajouter qu'il faut être "très adroit" pour jouer les maladroits : "Et je suis très adroit. Un maladroit ne peut pas jouer un maladroit, parce que sinon il rate ses maladresses."

Les commentaires sont désactivés pour cette page.