Notre Dame, le dernier film tourné avant l'incendie

Notre Dame, le dernier film tourné avant l'incendie©Audrey Poree, Abaca

, publié le 17 décembre

Mercredi 18 décembre 2019 sortira le nouveau film de Valérie Donzelli "Notre dame". À cette occasion, l'actrice et réalisatrice a accordé une interview à Madame Figaro.

Quatre ans après "Marguerite et Julien", Valérie Donzelli revient au cinéma avec "Notre dame". Le film narre l'histoire de Maud Crayon, une architecte tiraillée entre son ex-mari, ses enfants, et son travail. Quand un jour elle remporte le le grand concours pour réaménager le parvis de Notre-Dame de Paris.

Avec cette comédie, Valérie Donzelli devient la dernière réalisatrice à avoir filmé la cathédrale avant l'incendie : "Quand je me suis demandé quel projet d'architecture pourrait être plausible dans Paris, le réaménagement du parvis de Notre-Dame s'est imposé. Il s'agit d'un édifice religieux très ancien et je savais qu'un apport moderne à son environnement pourrait être sujet à polémique. L'actualité m'a d'ailleurs rattrapée : la question se pose aujourd'hui pour la reconstruction de la flèche."

"Mon héroïne est la dame de tout le monde, sauf d'elle-même"

Valérie Donzelli met en scène une héroïne architecte, cursus qu'elle a étudié pendant deux ans : "Choisir ce métier pour mon héroïne, c'était une manière détournée de parler de moi en me protégeant. Il y a un parallèle évident entre un cinéaste et un architecte : leurs travaux artistiques sont soumis au regard des autres et à la critique."

Dans "Notre dame", la réalisatrice met en lumière la charge mentale et le sexisme subi par les femmes au travail comme elle l'explique à Madame Figaro : "Une revendication (féministe) douce. Très peu de femmes architectes gagnent des concours, c'est un fait ! Par ailleurs, je voulais parler des femmes de ma génération qui ne pensent pas toujours à elles parce qu'elles n'ont pas le temps de s'arrêter, parce qu'elles doivent gérer pour les autres. Le film s'appelle Notre dame pour cette raison. C'est un chemin vers la réappropriation : mon héroïne est la dame de tout le monde, sauf d'elle-même."

Les commentaires sont désactivés pour cette page.