Mort du producteur Alberto Grimaldi : 3 chefs-d'oeuvre à revoir

Mort du producteur Alberto Grimaldi : 3 chefs-d'oeuvre à revoir©Miramax Films, DR

, publié le 25 janvier

Il était de ceux dont on ne connaît pas forcément le nom mais qui représentent l'une des pierres les plus importantes à l'édifice d'une oeuvre. Le producteur napolitain Alberto Grimaldi est décédé de causes naturelles après avoir participé à l'élaboration de plus de quatre-vingt films en Europe et en Amérique. Son fils Maurizio Grimaldi a annoncé à Variety, dimanche 24 janvier 2021, sa disparition à l'âge de 95 ans. Le fondateur de la société PEA (Produzioni Europee Associati) avait soutenu bon nombre des meilleurs westerns spaghetti et avait épaulé tout au long de leur carrière les plus grands : Sergio Leone, Sergio Sollima, Federico Fellini, Alain Cavalier, Claude Lelouch, Pier Paolo Pasolini, Bernardo Bertolucci... Retour sur trois chefs-d'oeuvre qu'il a produits !

"Le Bon, la Brute et le Truand" (1966) de Sergio Leone

La quintessence du western s'observe à travers les oeuvres du maître du genre, Sergio Leone. Dès le long-métrage "Pour une poignée de dollars" (1964), le cinéaste est épaulé par Alberto Grimaldi qui réaffirme son soutien pour toute la "trilogie du dollar" et encore après. Dans ce classique du septième art, accompagné des musiques d'Ennio Morricone, trois hommes à la gâchette facile se font face. Parmi eux se trouve Clint Eastwood, acteur devenu la personnification même du cow-boy sur grand écran.

"Satyricon" (1969) de Federico Fellini

Alberto Grimaldi a pris sous son aile les créations de talentueux réalisateurs, en commençant par ses confrères artistes italiens. Le producteur fait une belle affaire avec Federico Fellini dès les "Histoires extraordinaires" (1968) et poursuit cette collaboration jusqu'à l'un des derniers films du néoréaliste, "Ginger et Fred" (1986). Sans "Satyricon", il est question, comme pour beaucoup de ses films, d'opulence et de fantasmagories. Le synopsis prévient : "'Satyricon' présente une société romaine en pleine décadence, où orgies et autres festins sont courants, la morale y étant absente. Loin des reconstitutions historiques et autres péplums, Federico Fellini nous raconte les pérégrinations de deux jeunes parasites de l'époque néronienne, Encolpe et Ascylte."

"Gangs of New York" (2002) de Martin Scorsese

Avant de prendre sa retraite, Alberto Grimaldi se charge à son compte de la production d'une ultime oeuvre située en 1846. Martin Scorsese réunit Daniel Day-Lewis, Leonardo DiCaprio, Cameron Diaz ou encore Liam Neeson pour un long-métrage en pleine guerre civile sanglante dans les rues de New York. Avec neuf nominations aux Oscars pour son dernier projet, Alberto Grimaldi finit sa carrière sur un nouveau coup de poker.

Les commentaires sont désactivés pour cette page.