Mort de Robert Hirsch : retour sur une carrière dédiée à la scène

Mort de Robert Hirsch : retour sur une carrière dédiée à la scène©Serge BENHAMOU, Getty Images

Marc-Emmanuel Adjou, publié le 16 novembre

Le sociétaire honoraire de la Comédie-Française s'est éteint le 16 novembre 2017, à l'âge de 92 ans, après une illustre carrière au théâtre.

Le théâtre était sa "religion". De "Ruy Blas" au "Mariage de Figaro" en passant par l'incontournable "Tartuffe" de Molière, Robert Hirsch aura joué, durant son impressionnante carrière, dans une centaine de représentations. Retour sur les coups d'éclat de son parcours.

Des débuts triomphants

C'est en tant que danseur classique que Robert Hirsch fait ses premiers pas. Passé par le Conservatoire national d'art dramatique, il rejoint la Comédie-Française en 1948, où il se distinguera dans les plus grands classiques. Il joue, entre autres, dans "La Double Inconstance" de Marivaux, où sa prestation est encensée par la critique. Il devient sociétaire de la maison en 1952, puis sociétaire honoraire en 1974.

Cinq Molières au compteur

Acteur au charisme indéniable, Hirsch a surtout marqué par ses performances intenses et incarnées. En 1992, il reçoit le Molière du comédien dans un second rôle pour "Le Misanthrope", ainsi qu'un Molière d'honneur. Il réitère l'exploit en 1997, en 1999 et en 2007 pour les pièces "En attendant Godot", "Le Bel Air de Londres" et "Le Gardien".

Des planches au cinéma

Comme nombre de comédiens, Robert Hirsch n'a pas résisté aux sirènes de la grande lucarne. Il a notamment tourné sous la direction de Sacha Guitry, Bertrand Blier et Philippe Labro. Mais c'est surtout son apparition dans "Hiver 54, l'abbé Pierre" (1990) de Denis Amar qui restera dans les mémoires : pour le rôle de Raoul, il est primé du César du Meilleur acteur dans un second rôle.

Les commentaires sont désactivés pour cette page.