Mort de Robert Hirsch : retour sur une carrière dédiée à la scène

Mort de Robert Hirsch : retour sur une carrière dédiée à la scène©Serge BENHAMOU, Getty Images
A lire aussi

Marc-Emmanuel Adjou, publié le 16 novembre

Le sociétaire honoraire de la Comédie-Française s'est éteint le 16 novembre 2017, à l'âge de 92 ans, après une illustre carrière au théâtre.

Le théâtre était sa "religion". De "Ruy Blas" au "Mariage de Figaro" en passant par l'incontournable "Tartuffe" de Molière, Robert Hirsch aura joué, durant son impressionnante carrière, dans une centaine de représentations. Retour sur les coups d'éclat de son parcours.

Des débuts triomphants

C'est en tant que danseur classique que Robert Hirsch fait ses premiers pas. Passé par le Conservatoire national d'art dramatique, il rejoint la Comédie-Française en 1948, où il se distinguera dans les plus grands classiques. Il joue, entre autres, dans "La Double Inconstance" de Marivaux, où sa prestation est encensée par la critique. Il devient sociétaire de la maison en 1952, puis sociétaire honoraire en 1974.

Cinq Molières au compteur

Acteur au charisme indéniable, Hirsch a surtout marqué par ses performances intenses et incarnées. En 1992, il reçoit le Molière du comédien dans un second rôle pour "Le Misanthrope", ainsi qu'un Molière d'honneur. Il réitère l'exploit en 1997, en 1999 et en 2007 pour les pièces "En attendant Godot", "Le Bel Air de Londres" et "Le Gardien".

Des planches au cinéma

Comme nombre de comédiens, Robert Hirsch n'a pas résisté aux sirènes de la grande lucarne. Il a notamment tourné sous la direction de Sacha Guitry, Bertrand Blier et Philippe Labro. Mais c'est surtout son apparition dans "Hiver 54, l'abbé Pierre" (1990) de Denis Amar qui restera dans les mémoires : pour le rôle de Raoul, il est primé du César du Meilleur acteur dans un second rôle.

 
75 commentaires - Mort de Robert Hirsch : retour sur une carrière dédiée à la scène
  • avatar
    cesarine -

    Pourquoi ne pas lui rendre hommage comme on l'a fait pour Rochefort. Les médias n'ont eu que ça pendant des jours. Robert Hirsch qui le valait bien est simplement mentionné.
    Il n'était pas du bon parti politique ?
    In memoriam.

  • avatar
    MAI1968 -

    A nouveau un grand de la scène s'en est allé.

    avatar
    evivbulgroz52 -

    A lire ces commentaires, c'est un peu rassurant de constater qu'il y a encore des gens cultivés et sensibles aux arts. Cela change des lectures de litanies incultes qui ne savent même pas ce qu'est le théâtre par exemple, mais que cela n'empêchent pas de critiquer, voir d'insulter. Ce monsieur était un grand parmi les grands. Il est parti comme nous tous devront disparaître à notre tour. Même sans être célèbres essayons d'apporter un peu de compassion et de joies à ce monde qui en bien besoin.

    avatar
    Pantagruel -

    Hélas, c'est ce qui nous attend tous mais certaines disparitions nous marquent plus que d'autres.

  • avatar
    kikibibi -

    eh oui tous les anciens pionniers de cet art difficile qu'est le théâtre disparaissent vu leur grand âge!!
    au cinéma, au théâtre, guère de créations, des reprises nulles ou poussives des classiques créés par des gens inoubliables!
    je crains que la fin du monde ne soit bien triste!

  • avatar
    m44jcmt -

    Bonsoir,
    Encore un superbe artiste qui disparaît, mon Dieu, ça n'arrête pas de défiler en ce moment ... !!! Est-ce un signe des temps ? JC

    avatar
    raslebol89 -

    mon mon dieu mon dieu

  • avatar
    m44jcmt -

    Bonsoir,
    Encore un superbe artiste qui disparaît, mon Dieu, ça n'arrête pas de défiler en ce moment ... !!! Est-ce un signe des temps ? JC

  • avatar
    [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

avatar
[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]