Luc Besson remplacé à la direction générale de sa société de production

Luc Besson remplacé à la direction générale de sa société de production©API, BestImage

, publié le 10 août

Après vingt ans à la tête d'Europacorp, Luc Besson perd sa direction. La société étant en grande difficulté financière depuis des années, l'homme de cinéma est relayé au rang de président non exécutif et remplacé à la direction générale par Axel Duroux. L'entreprise française appartient désormais à un fond américain.

"Lucy", "Taken", "Arthur et les Minimoys", "Fanfan la tulipe"... Plus d'une centaine de films ont vu le jour grâce au studio de cinéma français créé par Luc Besson et Pierre-Ange Le Pogam, en 2000, "pour financer ses désirs cinématographiques les plus fous", note Libération. Mais samedi 8 août 2020, après vingt ans à la tête d'Europacorp, le célèbre réalisateur français a vu un nouveau patron nommé à sa place, Axel Duroux. Journaliste français, ancien producteur de programmes télévisuels à Endemol France, président du directoire du groupe RTL de 2005 à 2009, et "brièvement numéro 2 de TF1", entrera en fonction dès le 1er septembre prochain.

Les grandes pertes financières, en cause

Dès la rentrée "la gestion, les finances et la stratégie" de la société seront gérées par Axel Duroux et Luc Besson aura pour poste celui de "président non exécutif du conseil d'administration", comme l'explique Libération. Il se concentrera sur "les activités du groupe en tant que directeur artistique", explique le communiqué de presse. Cette décision repose sur le fait que la société a accumulé de grandes pertes financières ces dernières années, notamment en raison d'échecs commerciaux, comme avec le film "Valérian" en 2017. "L'ardoise totale s'élève à près de 330 millions de résultat opérationnel négatif depuis l'exercice 2016-2017... Au 31 mars, la boîte était lestée d'une dette supérieure à 150 millions d'euros", précise le journal quotidien français. Désormais le fonds américain Vine Alternative Investments Group détient 60% du capital. Et leur première décision a été d'écarter Luc Besson "piètre gestionnaire, de la conduite de l'entreprise". Le cinéaste est désormais un actionnaire minoritaire de la société. Le nouveau dirigeant devra suivre la stratégie du nouveau propriétaire qui passe par le "recentrage sur la production de films, mais sans les budgets pharaoniques que réussissait à monter Luc Besson".

Les commentaires sont désactivés pour cette page.