Liam Neeson en super-héro ? C'est fini et il explique pourquoi

Liam Neeson en super-héro ? C'est fini et il explique pourquoi©API, BestImage

, publié le 25 février

Il est l'une des figures des films d'action modernes. Liam Neeson a révélé à Entertainment Weekly, vendredi 21 février 2020, qu'il ne comptait plus tourner un film de super-héros.Explications !

Avant de connaître un regain de popularité grâce à la saga "Taken", Liam Neeson s'est illustré dans "La Liste de Schindler" de Steven Spielberg ou encore "Gangs of New York" de Martin Scorsese. Entre temps, il s'est essayé à un genre plus fantastique et a fréquenté des super-héros. Il incarnait Ra's al Ghul dans la trilogie Batman de Christopher Nolan ("The Dark Knight") ou jouait avec son sabre-laser en tant que Qui-Gon Jinn, dès la seconde trilogie de George Lucas, dans "Star Wars, Épisode I : La Menace fantôme". Même si l'acteur émérite de 67 ans continue de doubler le maître Jedi dans "Star Wars : l'Ascension de Skywalker" et la série d'animation "The Clone Wars", il a annoncé qu'il ne renfilerait plus une cape ou un collant de sa carrière.

"Je ne suis vraiment pas un grand fan du genre"

Questionné par Entertainment Weekly, vendredi 21 février, sur un éventuel retour dans une de ces franchises à succès, Liam Neeson a répondu catégoriquement : "Je vais être honnête avec vous, ce n'est pas le cas. Je ne suis vraiment pas un grand fan du genre. Je pense que c'est Hollywood avec monts et merveilles et les prouesses techniques et tout ça - ce que j'admire - mais je n'ai aucune envie d'aller à la salle de sport pendant trois heures chaque jour pour me faire gonfler et me serrer dans une combinaison en velcro avec une cape". Après avoir trop donné de sa personne dans des long-métrages qui demandaient d'importantes prestations physiques, il marque une distance avec ce type d'oeuvres sans nier le travail de ces productions : "J'admire les acteurs et j'en connais certains qui le font et de façon fantastique. Ce n'est tout simplement pas mon genre, vraiment pas."

Il a conclu en racontant comment il s'était mis dans la peau du mentor d'Anakin Skywalker, un souvenir étonnement éprouvant : "J'ai participé à 'La Menace fantôme' il y a 22 ans et j'ai aimé ça, parce que c'était original et nouveau. Je jouais avec des balles de tennis, qui allaient finalement devenir des petites créatures poilues et tout ça. C'était intéressant pour le jeu d'acteur, d'essayer de faire paraître cela réel, mais c'était le dernier. C'est assez épuisant."

Les commentaires sont désactivés pour cette page.