Léa Seydoux revient sur le tournage de La Vie d'Adèle : "Kechiche est fou"

Léa Seydoux revient sur le tournage de La Vie d'Adèle : "Kechiche est fou"©Veeren Ramsamy-Christophe Clovis - Léa Seydoux au défilé Louis Vuitton collection prêt-à-porter Automne/Hiver 2020-2021 lors de la Fashion Week à Paris, le 3 mars 2020., BestImage

, publié le 8 juillet

Pour la 74e édition du Festival de Cannes, Léa Seydoux est à la tête de quatre longs-métrages. Mercredi 7 juillet 2021, dans les colonnes de Deadline, la comédienne est revenue sur le tournage du film "La Vie d'Adèle".

"J'ai fait un film américain, un film européen et deux films français, et ils sont tous si différents. C'est excitant qu'ils aient tous été choisis par Cannes", s'est enthousiasmée Léa Seydoux auprès de Deadline, mercredi 7 juillet. En lice pour la Palme d'or avec trois de ses films en compétition ("The French Dispatch" de Wes Anderson, "France" de Bruno Dumont et "Tromperie" d'Arnaud Desplechin), la comédienne accorde une place particulière au Festival de Cannes. C'est en effet sur la Croisette, en 2013, que tout a basculé dans sa vie grâce au film "La Vie d'Adèle" d'Abdellatif Kechiche, qui a cette année-là reçu le fameux trophée. Si sa carrière a été propulsée, elle garde encore un souvenir doux-amer du tournage de ce long-métrage.

Retrouvez "La Vie d'Adèle" d'Abdellatif Kechiche sur la Vidéo à la demande de la TV d'Orange !

"Le cinéma est un moyen d'apprendre des choses"

Léa Seydoux l'a assuré : "C'était vraiment plus qu'un film pour moi." Il a été pour la comédienne "une expérience réelle" qui "a changé (sa) vie". "Quand nous avons tourné le film, je savais que ça allait être spécial, mais je ne pensais pas que ce serait si spécial." En effet, le tournage ne s'est pas vraiment déroulé avec sérénité. En 2013, celle qui a campé le rôle d'Emma avait révélé que le réalisateur Abdellatif Kechiche avait été horrible et qu'elle et sa partenaire Adèle Exarchopoulos avaient été "maltraitées" et "harcelées".

Aujourd'hui, elle est toujours très critique envers le metteur en scène : "Kechiche est fou. Il est fou. Il nous manipulait, et c'était extrêmement difficile sur le plan psychologique." Mais tout aussi surprenant que cela puisse paraître, elle a affirmé que cette mésaventure avait été un apprentissage : "Je suis fière du film et fière d'avoir traversé ce processus. Le cinéma est un moyen d'apprendre des choses et de grandir, et même s'il était inconfortable d'avoir vécu cela, je sens maintenant que je peux tout faire."

Les commentaires sont désactivés pour cette page.