La Vie scolaire a suscité des vocations d'acteur chez des jeunes de Saint-Denis

La Vie scolaire a suscité des vocations d'acteur chez des jeunes de Saint-Denis©Laetitia Montalembert - Gaumont - Mandarin Production - Kallouche Cinéma, DR

, publié le 28 août

Si les professeurs de "La Vie scolaire", en salle depuis le 28 août 2019, sont joués par des acteurs reconnus, les élèves, eux, ont été recrutés directement dans une cité de Saint-Denis. Et certains se verraient bien poursuivre sur cette voie désormais.

Après avoir réalisé "Patients" en 2017, inspiré de l'année de rééducation de Grand Corps Malade après son accident, le slameur et son ami Mehdi Idir reviennent aujourd'hui avec un nouveau long-métrage, cette fois plus influencé par la vie de ce dernier. "On ne s'est pas dit que, comme 'Patients' racontait l'histoire de Fabien, notre deuxième film se focaliserait sur moi. Mais au collège, une prof m'avait aidé à trouver ma voie. Car ce que nous voulons faire passer, c'est qu'on peut s'en sortir, à condition qu'élèves et enseignants veuillent y croire et faire un effort. J'en suis la preuve", explique-t-il dans un entretien publié ce 27 août sur le site du Journal du Dimanche. C'est ainsi que le duo a imaginé "La Vie scolaire", qui retrace une année dans la vie d'un collège de Saint-Denis réputé difficile.

"Ils se sentaient importants et respectés"

Tourné dans l'ancien établissement de Mehdi Idir pendant les vacances d'été, le film réunit des acteurs confirmés dans la peau des adultes (Zita Hanrot, Soufiane Guerrab, Alban Ivanov...) et des acteurs non professionnels dans celle des élèves. C'est directement dans la cité des Francs-Moisins de Saint-Denis que les coréalisateurs sont allés chercher leurs jeunes héros.

"Ils étaient fiers de devenir comédiens avec un salaire. Ils se sentaient importants et respectés. On leur a montré qu'on avait besoin d'eux, alors ils se sont appliqués. Certains veulent en faire leur métier et se sont inscrits dans des écoles de cinéma. Nous sommes heureux que le film puisse leur ouvrir, à eux aussi, un autre chemin", raconte Mehdi Idir à leur propos au JDD.

Les commentaires sont désactivés pour cette page.