L'Armée des douze singes : Terry Gilliam "pas fan de Bruce Willis" à la base

L'Armée des douze singes : Terry Gilliam "pas fan de Bruce Willis" à la base©Agence, Sipa

, publié le 6 janvier

Le réalisateur Terry Gilliam a célébré les 25 ans de la sortie américaine de "L'Armée des douze singes", mardi 5 janvier 2021. Aux côtés des scénaristes David et Janet Peoples, le producteur Charles Rove et la directrice de casting Margery Simkin, il a accordé un grand entretien à Inverse sur la genèse de cette oeuvre.

Sortie non pas en janvier 1996 mais en février dans l'Hexagone, l'oeuvre de science-fiction est désormais considérée comme culte par les spectateurs du monde entier. Pour l'anniversaire des vingt-cinq ans de leur bébé, Terry Gilliam et d'autres membres de l'équipe se sont confiés sur leur impressionnant travail de création. Le cinéaste extravagant et star des Monty Python a, notamment, révélé comment avait été choisi l'interprète du rôle principal. "La pression était d'obtenir une star de cinéma", a révélé l'octogénaire. Avec sa pointe de sarcasme habituelle, il a détaillé : "C'était à une époque où j'étais encore un réalisateur sexy, alors les gens voulaient s'approcher de moi et me toucher. Donc, ils me proposaient tous ces noms. Je n'arrêtais pas de dire non. Tom Cruise, Nicolas Cage... Tous m'ont été proposés !"

"Je lui ai expliqué mes préoccupations à son sujet en tant qu'acteur"

Terry Gilliam n'était pas non plus emballé par l'idée d'offrir le rôle de James Cole, le prisonnier sélectionné pour tenter de trouver un remède qui sauverait l'humanité d'un virus qui a décimé 99% de la population, à Bruce Willis : "Je n'avais jamais été un grand fan de Bruce avant, mais j'ai apprécié de discuter avec lui et je me suis dit: 'OK, ce gars est intelligent, il est drôle'." D'un ton moqueur, il a ajouté détester l'une de ses expressions faciales : "Je lui ai expliqué mes préoccupations à son sujet en tant qu'acteur. Je détestais la bouche 'trumpienne' qu'il fait dans les films. Rectale. C'est comme si je regardais le trou du cul de quelqu'un." Le réalisateur a alors dû faire un choix car Brad Pitt convoitait aussi la place du héros : "Brad est venu à Londres. Nous avons dîné parce qu'il désirait intégrer le casting pour jouer le rôle que j'avais déjà donné à Bruce. En fait, j'avais peur que Brad ne puisse pas être en mesure d'être un autre personnage car, jusque-là, nous ne l'avions jamais pensé pour être un malade mental interné en psychatrie (le rôle de Jeffrey Goines que Brad Pitt a accepté, ndlr)."

Les commentaires sont désactivés pour cette page.