Keira Knightley se refuse à tourner des scènes de sexe dirigées pas des hommes

Keira Knightley se refuse à tourner des scènes de sexe dirigées pas des hommes©Charles Guerin, BestImage

, publié le 26 janvier

Jeudi 14 janvier 2021, dans le podcast Chanel Connects du quotidien britannique Métro, Keira Knightley a révélé son intention de ne plus tourner de scènes de sexe dans les oeuvres cinématographiques dirigées par des hommes.

De "Pirates des Caraïbes" à "Orgueil et Préjugés" en passant par "Love Actually", la Britannique a illuminé de nombreuses oeuvres cinématographiques par ses performances. Après vingt-huit ans de carrière et de nombreux rôles d'envergure, Keira Knightley a fait le choix de ne plus tourner des scènes de nu face à des réalisateurs masculins. "C'est en partie par vanité et aussi en raison du male gaze", a expliqué l'actrice dans le podcast Chanel Connects. Un concept théorisé par la réalisatrice Laura Mulvey, qui évoque la sexualisation et l'objectification des femmes dans les longs-métrages dirigés par les hommes pour les hommes.

"Je ne préfère pas me mettre nue devant un groupe d'hommes"

"Je comprends que certains réalisateurs veulent quelqu'un qui ait l'air sexy mais je ne veux plus tourner ces horribles scènes de sexe, où vous êtes toute transpirante, et où tout le monde gémit", détaille l'actrice dans le podcast, ajoutant qu'elle se "sentait vraiment mal à l'aise à présent en essayant de représenter le regard masculin". L'actrice poursuit par ces mots : "Disant cela, il y a aussi des moments où je me dis : 'Ouais, je vois complètement pourquoi cette relation sexuelle serait très bien dans ce film mais en fait vous avez juste besoin de quelqu'un de sexy'. Et donc, je me dis 'vous pouvez prendre quelqu'un d'autre, car ce corps a déjà donné naissance à deux enfants et je ne préfère pas me mettre nue devant un groupe d'hommes." Cependant, Keira Knightley n'est pas entièrement contre le fait de tourner nue, si cela respecte certaines conditions. L'actrice l'envisage désormais "avec une réalisatrice" et dans un long-métrage où le récit évoque la maternité ou l'acceptation de soi.

Les commentaires sont désactivés pour cette page.