Julia Ducournau sur Titane : "On a mis du temps à entrer en tournage"

Julia Ducournau sur Titane : "On a mis du temps à entrer en tournage"©OLIVIER BORDE, BestImage

, publié le 23 février

Entre l'instant où la cinéaste Julia Ducournau annonce son second long-métrage et la postproduction, un an et demi est passé. Face à la pandémie, le tournage a été chamboulé et a dû se dérouler entre les deux confinements, comme le raconte la réalisatrice au Monde, mardi 23 février 2021.

À la rentrée 2019, deux années après la sortie de "Grave", son premier long-métrage, la cinéaste Julia Ducournau amorçait sa nouvelle production "Titane". Dans un communiqué, Arte, qui s'est engagé sur le projet, révélait l'intrigue et levait le voile sur les acteurs principaux. Vincent Lindon et Agathe Rousselle étaient annoncés comme les héros de ce drame à venir. Mais le tournage prévu pour mars et avril 2020, a été chamboulé par la pandémie. Ainsi la réalisatrice a finalement "tourné entre les deux confinements son deuxième long-métrage, 'Titane', qui interroge, comme le premier, la notion de mutation", comme le note Le Monde dans un article dédié à la cinéaste.

"La préparation s'est étendue sur un an, avec interruptions"

Un an et demi après l'annonce de ce second long-métrage, Julia Ducournau vient "d'en achever la postproduction", précise Le Monde. "Titane" a finalement été tourné entre le 4 septembre et le 4 novembre 2020, "en pleine crise sanitaire entre les deux confinements". "On a mis du temps à entrer en tournage, la préparation s'est étendue sur un an, avec interruptions. J'ai attrapé le Covid en février 2020. Je suis restée au lit six semaines, isolée deux mois. La première chose que j'ai pu faire, ç'a été d'aller sur mon balcon, et là, de voir les rues entièrement vides, ça faisait vraiment penser à une invasion de zombies !", raconte la cinéaste au Monde qui poursuit en détaillant "dans quelle proportion la pandémie a pu bousculer ou remettre en question" son cinéma de genre : "Le thème principal de mes films c'est la mutation : le corps, l'humanité, le monde en mutation. D'une certaine manière, ça n'a pas bouleversé ma vision des choses. La mutation, quelle qu'elle soit, fait partie de la vie."

Les commentaires sont désactivés pour cette page.