Jugée "indécente" Pamela Anderson fait fermer une salle de cinéma à Alger

Jugée "indécente" Pamela Anderson fait fermer une salle de cinéma à Alger©GTRES, BestImage

Marine de Guilhermier, publié le 4 juin

Le 18 mai 2018, un cinéma d'Alger diffusait la comédie "Borat" dans laquelle apparaît Pamela Anderson. Une présence qui a gêné une partie de la presse algérienne et qui a valu une fermeture d'un mois à la salle de cinéma Mohamed Zinet.

Pour expliquer cette fermeture, le ministre de la Culture Azzedine Mihoubi a assuré au site Alg24 que l'établissement avait pour habitude de projeter des films piratés. Mais il a aussi évoqué des "scènes indécentes" de Pamela Anderson dans le film. Rappelons que l'ancienne star d'"Alerte à Malibu" joue son propre rôle dans le long-métrage porté par Sacha Baron Cohen et que ce dernier, dans la peau du reporter kazakh Borat, tente de l'enlever.

C'est probablement l'image de bimbo de l'actrice qui n'a pas plu en Algérie où plusieurs médias se sont réjouis de la punition accordée à la salle de cinéma ayant projeté "Borat". Le journal conservateur El Bilad notamment avait trouvé "intolérable" cette diffusion durant le Ramadan à cause, entre autres, de Pamela Anderson, accusée d'être une "actrice pornographique".

Des voix s'élèvent

D'autres médias, en revanche, ont condamné la décision du ministre de la Culture. C'est notamment le cas du site algeriemondeinfos.com qui écrit : "Azzedine Mihoubi encourage ainsi la censure seulement pour satisfaire les élucubrations d'un islamiste à l'esprit mal tourné et qui ne trouve pas à son goût le programme de la salle en question."

La réalisatrice Sofia Djama, primée à la Mostra de Venise en 2017, a elle aussi fait savoir tout le mal qu'elle pensait de cette fermeture dans un long post Facebook où elle accuse le ministre de "détruire la Culture".

Les commentaires sont désactivés pour cette page.