Jeunes acteurs inconnus : comment sont-ils choisis ?

Jeunes acteurs inconnus : comment sont-ils choisis ?©COADIC GUIREC, BestImage

, publié le 31 décembre

De nombreux acteurs ont commencé à jouer la comédie à l'adolescence alors même qu'ils ne se destinaient pas forcément à une carrière dans le septième art. Comment, alors, sont-ils arrivés sur les plateaux de cinéma ? Par casting sauvage, bien sûr !

Pas toujours facile pour les réalisateurs de trouver des têtes d'affiche adolescentes. C'est pourquoi, au-delà des acteurs professionnels qui se présentent à eux, certains préfèrent aller chercher des débutants directement dans la rue. C'est ce qu'on appelle les castings sauvages. Et parfois, cela révèle des comédiens de talent, comme Vincent Lacoste, repéré à la sortie de son lycée par l'assistante du directeur de casting des "Beaux Gosses" et qui est désormais un visage bien installé du cinéma français, ou Rod Paradot récompensé du César du Meilleur espoir pour son premier rôle sur grand écran, celui du héros de "La Tête haute" d'Emmanuelle Bercot.

À la recherche de l'interprète idéal

La directrice de casting Elsa Pharaon, qui a découvert ce dernier, dévoilait en février 2019 au Parisien sa méthode de casting : "Je vais à la sortie des collèges et des lycées, parfois même dans les cours de récré. Je poste aussi des annonces sur les réseaux sociaux pour élargir ma recherche à toute la France. Je leur demande d'envoyer des vidéos tournées au smartphone." Le réalisateur de "Tamara" et sa suite, Alexandre Castagnetti, expliquait quant à lui : "Trouver un ado comédien, c'est à chaque fois une aventure ! Pour le rôle de Tamara, j'ai dû voir plus de 60 jeunes filles. Je passe au moins vingt minutes avec chacun des candidats sur deux ou trois scènes, et je revois une seconde fois ceux que j'ai préférés."

Mais être choisi, adolescent, pour le premier rôle d'un film ne signifie pas pour autant de voir les offres pleuvoir par la suite. "Pour faire carrière, il faut 2% de talent et 98% d'un mélange de chance et de détermination", estimait d'ailleurs Elsa Pharaon tandis que Riad Sattouf, le réalisateur des "Beaux Gosses", indiquait : "Je pense qu'il faut être passionné, ne jamais abandonner, savoir ce que l'on veut, travailler et, surtout, faire attention à ne pas devenir toxicomane."

Les commentaires sont désactivés pour cette page.