Jean-Paul Belmondo a 87 ans : trois indiscrétions rapportées des tournages

Jean-Paul Belmondo a 87 ans : trois indiscrétions rapportées des tournages©Nana Productions, Sipa

, publié le 9 avril

Né le 9 avril 1933, Jean-Paul Belmondo fête ses 87 ans. En l'honneur du Magnifique, retour sur trois anecdotes de tournage qui participent à son statut d'icône !

La bagarre avec Jean-Pierre Melville

Dans sa biographie "Mille vies valent mieux qu'une", parue en 2016, Jean-Paul Belmondo relate avoir perdu son sang-froid face à Jean-Pierre Melville ("Le Samouraï"). Sur le tournage de "L'Aîné des Ferchaux" (1963), la troisième collaboration entre les deux hommes, le cinéaste spécialiste des polars se montre exécrable envers ses comédiens.

"Presque chaque jour, Melville débusquait un motif pour emmerder (l'acteur Charles) Vanel, qui se laissait faire afin de ne pas envenimer", raconte Bébél avant de craquer : "Ça me met dans une rage que je ne veux plus contrôler: 'Fous-lui la paix. Je ne supporte plus la façon dont tu lui parles. Je t'avais prévenu, je me casse' (...) Je me rapproche rapidement de Melville, lui arrache son Stetson et ses Ray-Ban, et le pousse violemment pour qu'il tombe. Une fois à terre, je l'achève d'une phrase : 'Sans tes lunettes et ton sombrero, tu as l'air de quoi, maintenant ? D'un gros crapaud'.''

Une dispute avec son ami Alain Delon finit devant la Justice

Classique du genre policier, le film de gangsters "Borsalino" (1970) de Jacques Deray a causé une mésentente entre les deux jeunes stars du moment, Alain Delon et Jean-Paul Belmondo. Les monstres sacrés du cinéma français, qui cumulent huit collaborations, se disputent pour une histoire de crédits. Le contrat stipulait la mention en grosses lettres des deux noms des acteurs. Or, sur l'affiche officielle est inscrit en premier lieu : "Paramount présente une production Alain Delon". Le duel d'égos se poursuit devant les tribunaux qui donneront raison à Jean-Paul Belmondo en 1972. Le long-métrage, qui a failli ne jamais se faire à cause des menaces de la pègre, fête ses 50 ans en mars 2020.

Il aimait faire ses cascades lui-même

Si, de nos jours, Tom Cruise impressionne par sa détermination à ne pas être doublé, Jean-Paul Belmondo a été le roi des cascades en premier. Dans "Un singe en hiver" (1962) d'Henri Verneuil, il passe au milieu d'un flot de voitures avant de se faire percuter par l'une d'elles. Il assure à toute l'équipe qu'il va bien. Sur le tournage de "Peur sur la ville" (1974) du même réalisateur, il impose de faire toutes ses cascades. Il se blesse à la main en se suspendant à une gouttière et se coupe en chutant à travers une verrière. Sur le tournage de "L'Homme de Rio" (1964) de Philippe Broca, il se lie d'une profonde amitié avec son cascadeur Gil Delamare. Ensemble, ils partagent les scènes. Le goût du risque !

Les commentaires sont désactivés pour cette page.