Jean-Jacques Annaud annonce un film sur l'incendie de Notre-Dame de Paris

Jean-Jacques Annaud annonce un film sur l'incendie de Notre-Dame de Paris©API, BestImage

, publié le 27 avril

Un an après le violent incendie qui a ravagé Notre-Dame de Paris, le cinéaste Jean-Jacques Annaud a révélé au micro de RTL, vendredi 24 avril 2020, préparer un film sur ce drame.

Sur les ondes radio, le réalisateur de "L'Ours", "Le Nom de la Rose", ou encore "Le Dernier Loup" a évoqué le confinement, qu'il passe en famille, et l'après. Après avoir réalisé l'adaptation de "La vérité sur l'affaire Harry Quebert" avec Patrick Dempsey pour TF1, Jean-Jacques Annaud travaille sur une nouvelle série mais aussi "un grand film", comme l'annonce le journaliste de RTL. À l'antenne, l'homme de 76 ans a révélé un projet ambitieux qu'il espère pouvoir tourner "au milieu de l'été" : "Je vais faire reconstruire une partie de Notre-Dame sur la nuit du feu et ce qui a précédé, pour vivre de l'intérieur les événements à la fois inouïs, spectaculaires et troublants d'émotion et de suspens."

"La réalité de ces moments sont dignes des meilleurs films de fiction"

Inspiré par son sujet et déjà bien renseigné, le cinéaste a poursuivi : "J'avais vu, comme tout le monde, beaucoup de documents, fort intéressants, mais en lisant ce qu'on m'a fait découvrir, c'est palpitant. La réalité de ces moments sont dignes des meilleurs films de fiction." Celui qui avoue vouloir retourner le plus vite à son bureau pour "terminer des scénarios" qu'il devait rendre "au plus tard au mois de mai" n'a pas envie de perdre son temps : "C'est une espérance peut-être un peu folle, mais c'est un film que nous avons envie de faire rapidement. Il y a un élan sur ce projet, mais évidemment on ne peut pas prendre le moindre risque sanitaire et on sait qu'un tournage c'est forcément un lieu de proximité."

Jean-Jacques Annaud a également adressé une pensée à ses collègues professionnels du 7e Art dont les activités sont à l'arrêt à cause de la crise sanitaire et constate : "Depuis 20 ou 30 ans, j'ai été horrifié des désastres de la mondialisation (...) Je pense qu'il y a à repenser le monde, le vivre le plus équitablement."

Les commentaires sont désactivés pour cette page.