James Bond, alcoolique ? Le corps médical s'inquiète

James Bond, alcoolique ? Le corps médical s'inquiète©Sony Pictures Releasing GmbH, DR

Marine Cournede, publié le 14 décembre

Une très sérieuse revue australienne a publié le 10 décembre 2018 un article relatant le cas d'un patient qui répond au nom familier de Bond, James Bond. En cause ? Le goût prononcé de l'espion pour la liqueur.

Après Dr. No, c'est un groupe de médecins néo-zélandais cinéphiles qui donne du fil à retordre à l'agent britannique. Cette équipe de docteurs passionnés par la saga 007 vient de publier dans la revue Medical journal of Australia, relayée par Le Monde, une étude sur le comportement addictif et ses conséquences sur cet espion qui buvait trop. On peut affirmer sans risques que James Bond, qui sera interprété pour la cinquième et dernière fois par Daniel Craig dans le très attendu Bond 25 dont le tournage débutera en décembre 2018, est porté sur la bouteille : champagne, brandy, sherry, mais surtout la fameuse vodka-martini - mélangée au shaker, pas à la cuillère - font partie des seules liquides que l'on voit l'espion ingérer.

L'alcool comme exutoire

Les auteurs ont comptabilisé 109 séquences où on voit le héros de Ian Fleming avec une boisson alcoolisée. La raison de cet enivrement constant ? À force de traquer des méchants sans relâche, James Bond est soumis à un état de stress qui le pousse à se réfugier dans l'alcool. Et si sa consommation excessive ne semble pas impacter son adresse légendaire, elle stimule même son potentiel créatif, au point d'inventer un nouveau cocktail détonnant à base de gin, Lillet, vodka, le tout aromatisé d'un zeste de citron dans Casino Royal.

Diagnostic ? Les chercheurs ont utilisé les critères du DSM-5, un manuel diagnostique et statistique des troubles mentaux, pour poser leur diagnostic, et il ressort que James Bond remplit 6 des 11 critères d'addiction à l'alcool. "On ne vit que deux fois" ?

Les commentaires sont désactivés pour cette page.