Isabelle Huppert, fin de la prise d’otage

Isabelle Huppert, fin de la prise d’otage
Isabelle Huppert joue dans captive

publié le 17 septembre

Certains la jugeaient austère, d’autres l’estimaient antipathique. Mais, force est de constater qu’Isabelle Huppert excelle dans tous les genres du cinéma, de la comédie au drame, comme dans Captive de Brillante Mendoza. Portrait d’une passionnée qui a réussi à casser son image.

Cannes, Venise, César… A chaque grand festival de cinéma, Isabelle Huppert a laissé son empreinte. En décrochant une dizaine de prix majeurs depuis le début de sa (longue) carrière, la Parisienne fait partie du panthéon des plus grandes actrices françaises. Néanmoins, parfois, le public a eu du mal à accepter ses nombreux rôles de femmes dures, tristes voire dérangeantes. Alors, récemment, elle a tourné dans des films plus « grand public » comme Mon pire cauchemar d’Anne Fontaine, avec Benoît Poelvoorde, ou Les sœurs fâchées, une comédie qui la confronte à Catherine Frot. De quoi enrichir son image et prouver s'il le fallait que son talent navigue dans tous les genres sans jamais périr.

Cette semaine, on retrouve Isabelle Huppert dans un rôle poignant. Le film Captive de Brillante Mendoza évoque la prise d’otage d’une humanitaire française et de sa collaboratrice par le groupe Abu Sayyaf, des musulmans terroristes qui se battent pour l’indépendance de l’île de Mindanao. Cette histoire douloureuse, partiellement basée sur des faits réels, montre encore une fois les qualités hors normes de l’actrice qui a perdu plusieurs kilos pour ce rôle. Une prestation qui pourrait mériter un prix d’interprétation !

Les commentaires sont désactivés pour cette page.