Grâce à Dieu : Fabrice Luchini a refusé un rôle à cause du salaire

Grâce à Dieu : Fabrice Luchini a refusé un rôle à cause du salaire©Dominique Jacovides, BestImage

Solène Filly, publié le 18 février

C'est lors d'un entretien au Nouvel Obs que François Ozon, le réalisateur du film, a révélé que l'acteur devait jouer le rôle du Cardinal Barbarin.

Dans "Grâce à Dieu", François Ozon retrace l'affaire Preynat en s'intéressant au parcours des victimes, notamment Alexandre et François, incarnés à l'écran par Melvil Poupaud et Denis Ménochet. Les deux hommes sont en effet les créateurs du site La Parole libérée qui a permis de recueillir les témoignages de tous ceux qui, comme eux, ont été abusés dans leur enfance par le prêtre lyonnais. Un projet compliqué à mettre en place, comme il l'a confié au Nouvel Obs dans son édition du 14 février 2019 : "Le sujet n'excitait personne. On s'est rendu compte très vite que des financeurs qui me suivent habituellement ne viendraient pas sur celui-ci."

"Ce n'était pas une bonne idée"

Ce budget limité lui a également valu de ne pas pouvoir engager un acteur avec lequel il a collaboré à deux reprises : Fabrice Luchini. En effet, François Ozon a confié que celui-ci devait à l'origine interpréter le Cardinal Barbarin, un rôle finalement assuré par François Marthouret. "Il a eu raison de dire non, ce n'était pas une bonne idée : il aurait vampirisé le rôle, sa manière de dire "grâce à Dieu" l'aurait décalé", a-t-il déclaré. Et de révéler pourquoi l'acteur n'a pas souhaité rejoindre le casting : "Même si, lui, a refusé pour des raisons financières. Nous n'avions pas beaucoup de moyens sur ce film."

Le réalisateur est également revenu sur le tournage, rendu difficile à Lyon "où tout le monde se souvient de l'expression de Barbarin." "S'ils avaient su que le film s'appelait "Grâce à Dieu", ils auraient tout de suite compris", a-t-il ajouté. Le film est alors simplement baptisé "Alexandre" et le synopsis réduit à quelques lignes : "Trois hommes, la quarantaine, se retrouvent. Ils parlent de leur vie et de leurs échecs."

Les commentaires sont désactivés pour cette page.