Gerard Butler : "Greenland est l'exact opposé de Armageddon"

Gerard Butler : "Greenland est l'exact opposé de Armageddon"©STXfilms, DR

, publié le 5 août

Depuis la réouverture des salles de cinéma, les adeptes de blockbusters guettaient désespérément le film spectaculaire qui leur ferait ressentir de nouvelles sensations fortes sur grand écran. Dans "Greenland : Le Dernier Refuge", Gerard Butler affronte des pluies de météorites et tente de sauver ses proches. Est-ce le bon moment pour sortir un film catastrophe ? Pour la star de "300", c'est un grand "OUI".

Alors que le monde lutte toujours contre la crise sanitaire, Gerard Butler débarque dans les salles obscures pour affronter des météorites. Premier film catastrophe à sortir sur grand écran depuis la pandémie de coronavirus, "Greenland : le dernier refuge" propose une toute autre vision de l'apocalypse. Et si, pour certains, sortir un film de fin du monde dans le contexte actuel est un pari osé, pour celui qui a eu la chance d'embrasser les deux ex de Brad Pitt, c'est au contraire le moment idéal.

"Je ne vais pas vous mentir. Appelons un chat un chat : c'est un peu bizarre !", confie Gerard Butler à nos confrères d'Allociné avant de poursuivre en expliquant qu'il est à l'affiche d'un film dans lequel une catastrophe sans précédent "met l'Humanité à genoux", et que cela le trouble car c'est "quelque-chose que nous vivons en ce moment", faisant référence à la crise sanitaire.

Néanmoins, selon la star de 50 ans, c'est le bon moment pour découvrir "Greenland : Le Dernier Refuge", comme il l'a confié dans les colonnes du Parisien mercredi 5 août 2020 : "Le long-métrage reste un moment d'évasion (...) il parle de notions comme le courage, la vérité, la passion, l'amour. Quand vous sortez de la salle, c'est avec des questions en tête comme 'qu'est-ce qui est vraiment important', 'qu'est-ce qui nécessite que je me batte', 'à quoi est-ce que je tiens vraiment' ?"

"Notre film est empreint d'un certain fatalisme"

À ceux qui comparent son dernier long-métrage au film "Armageddon" de 1998, Gerard Butler répond : "J'ai toujours été un fan des films catastrophes. (...) Ils parlent aux gens à travers le monde entier, et nous montrent comment réagir dans des situations de crise. Ce sont aussi des métaphores des problèmes que nous rencontrons dans la vie. Bien sûr, 'Greenland' est un film catastrophe, mais je trouve que c'est l'exact opposé de 'Armageddon'."

Et la star de "La Chute de la Maison Blanche" et de sa suite d'expliquer à nos confrères du Parisien en quoi les deux films diffèrents : "Nous n'expédions pas une équipe pour faire sauter la comète. Notre film est empreint d'un certain fatalisme, et il est tourné d'une manière beaucoup plus intime. C'est aussi un drame familial, comment un homme et une femme, qui sont séparés, sont obligés de collaborer pour survivre. La caméra suit cette famille de bout en bout, et pas le président des États-Unis ou des scientifiques."

Pour découvrir si Gerard Butler parviendra à survivre à ce cataclysme, rendez-vous dans les salles obscures dès le 5 août 2020.

Les commentaires sont désactivés pour cette page.