François Cluzet a "beaucoup pensé à son grand-père" en tournant Le Collier rouge

François Cluzet a "beaucoup pensé à son grand-père" en tournant Le Collier rouge©Apollo Films, DR

Marine de Guilhermier, publié le 29 mars

À l'affiche du film de Jean Becker depuis le 28 mars 2018, dans lequel il interprète un militaire ayant combattu pendant la Première Guerre mondiale, le comédien a révélé à Paris Match avoir "beaucoup pensé" à son aïeul vétéran lors du tournage.

Trois décennies après "L'Été meurtrier", François Cluzet retrouve Jean Becker pour un long-métrage historique. Leur nouvelle collaboration, "Le Collier rouge", entraîne le spectateur en 1919 dans une petite ville où un juge militaire (Cluzet) doit décider du sort d'un poilu emprisonné joué par Nicolas Duvauchelle.

Devoir de mémoire

Pendant le tournage, qui s'est déroulé l'été dernier en Charente, le comédien a "beaucoup pensé" à son grand-père. "Il est ce qu'on appelle 'une gueule cassée'. Il avait été déclaré mort sur le champ de bataille et sauvé par un cuisinier qui passait par là, qui l'a entendu geindre, qui l'a mis dans sa brouette et qui l'a amené dans un centre de soin", raconte-t-il à Paris Match. Et François Cluzet de préciser qu'il l'a toujours connu alité puisque celui-ci a été cloué au lit pendant 50 ans à la suite de ses blessures.

Et si son aïeul ne lui a jamais raconté la guerre - "c'était tellement traumatique qu'il ne pouvait pas en parler", précise le comédien - cela ne l'a pas empêché de le garder dans ses pensées durant les prises de vue. "J'ai beaucoup pensé à lui et à ce qu'il avait dû vivre. En tant que commandant, je me disais : 'Je vis à la même époque que lui, il est sous mes ordres. Qu'est-ce que j'en fais, qu'est-ce que je lui demande'", se remémore François Cluzet.

Les commentaires sont désactivés pour cette page.