Edith Scob est décédée : 3 choses à retenir de sa longue carrière

Edith Scob est décédée : 3 choses à retenir de sa longue carrière©Hahn-Marechal-Nebinger, Abaca

Marine de Guilhermier, publié le 26 juin

Une grande comédienne nous a quittés. Mercredi 26 juin 2019, Edith Scob s'est éteinte à Paris à l'âge de 81 ans, comme l'a annoncé son agent à l'AFP. Celle-ci avait traversé les âges, travaillant des années 1960 à aujourd'hui.

Longtemps recrutée pour jouer les victimes

Sa première apparition au cinéma, c'est dans le film de Georges Franju "La Tête contre les murs" qu'elle l'a faite en 1959. Le même réalisateur qui lui offrit sa première tête d'affiche l'année suivante avec "Les Yeux sans visage", dans lequel elle incarne Christiane, une jeune femme défigurée que son père chirurgien tente de soigner en lui greffant la peau d'autres jeunes filles... Un rôle qui façonnera le début de sa carrière. Interviewée par Le Point en 2012, Edith Scob avait ainsi confié : "Le film de Franju est peut-être plus vu au Japon et aux États-Unis qu'en France. Je suis contente que l'on m'en parle, même si j'ai eu du mal à me dégager de cette image qui me collait à la peau. On finissait par ne plus me proposer que des rôles de victimes et de femmes vampirisées."

Coupée puis magnifiée par Leos Carax

Après avoir été révélée par Franju, qui la dirigera à six reprises, Edith Scob n'arrêta jamais de tourner. Cette année encore, elle était à l'affiche de la comédie romantique d'Hugo Gélin "Mon inconnue", et avant cela, elle avait notamment marqué les cinéphiles pour sa participation à l'étonnant "Holy Motors" de Leos Carax en 2012. Des retrouvailles heureuses entre le cinéaste et l'actrice qui s'était vue couper au montage de l'une de ses réalisations les plus célèbres, "Les Amants du Pont-Neuf". Au Point, elle s'était souvenue sans aucune amertume de ce travelling qu'elle avait tourné pour le film mais dont "il ne restait qu'une main vue de dos".

Mère supérieure dans "Soeur Thérèse.com"

Outre sa carrière sur grand écran, Edith Scob était extrêmement active sur les planches et avait aussi obtenu quelques rôles notables à la télévision. Ainsi, après avoir joué la Vierge Marie dans "La Voie lactée" de Luis Buñuel en 1969, elle a tenu de 2002 à 2011 le rôle de la Mère supérieure face à Dominique Lavanant dans "Soeur Thérèse.com". Une Mère supérieure férue de romans policiers qui laissait donc Thérèse enquêter sur différentes affaires criminelles.

Les commentaires sont désactivés pour cette page.