Décès de Michael Lonsdale : retour sur ce rôle qui lui a valu quatre récompenses

Décès de Michael Lonsdale : retour sur ce rôle qui lui a valu quatre récompenses©Mars Distribution, DR

, publié le 21 septembre

L'acteur Michael Lonsdale s'est éteint ce lundi 21 septembre 2020 à 89 ans, a révélé l'OBS. Alors que le cinéma français vient de perdre l'une de ses étoiles, retour sur ce rôle dans lequel il a brillé.

En 2010, après cinquante-quatre ans de carrière, Michael Lonsdale obtient le rôle qui lui vaudra quatre récompenses et pas des moindres. En effet, vingt-quatre ans après avoir interprété l'abbé bénédictin du "Nom de la Rose" (1986) de Jean-Jacques Annaud, l'acteur a revêtu sa tunique de moine pour le film "Des hommes et des dieux" de Xavier Beauvois. Ce long-métrage relate les derniers instants de la vie des moines cisterciens de Tibhirine en Algérie, en 1993, et jusqu'à leur enlèvement en 1996. Retour sur ce rôle qui lui a valu en 2011 le César du Meilleur second rôle, le Globe de Cristal du meilleur acteur, le prix Henri-Langlois du meilleur acteur, ainsi que le prix Lumière 2011 dans la même catégorie.

Retrouvez Michael Lonsdale et Pio Marmai dans "Maestro" (2014) de Léa Fazer sur la VOD d'Orange.

"Je n'ai pas eu l'impression de jouer ; j'ai vécu"

À près de 80 ans, Michael Lonsdale prêtait ses traits à Luc, le moine médecin de la communauté de Tibhirine. Un rôle qui l'a chamboulé et qu'il raconte ainsi dans l'Express en mars 2011 : "Il est le magnifique exemple d'une vie donnée pour les autres. Je n'ai pas eu l'impression de jouer ; j'ai vécu. Luc était là, tout le temps, il m'a prêté son esprit pour interpréter le rôle. Il guidait mes paroles. Juste avant de tourner la scène dans laquelle la petite Algérienne me pose des questions sur la vie et l'amour, Xavier Beauvois est venu me voir en me disant qu'il n'était pas content de son texte. Il m'a demandé d'improviser. J'ai donc donné libre cours à ma voix, et les mots sont venus tout seuls. J'ai parlé au nom de Luc. Je pense qu'il n'aurait pas renié mes propos, mais je ne les avais pas médités. Je n'ai pas du tout réfléchi. Et, si l'inspiration spontanée m'a amené à parler de l'amour, c'est parce que je savais que Luc avait écrit de très belles pages à ce sujet."

Les commentaires sont désactivés pour cette page.