Décès de Jean-Pierre Bacri : 3 classiques avec sa complice Agnès Jaoui

Décès de Jean-Pierre Bacri : 3 classiques avec sa complice Agnès Jaoui©VILLARD/NIVIERE, Sipa

, publié le 18 janvier

Acteur, scénariste, dramaturge français, Jean-Pierre Bacri s'est éteint lundi 18 janvier 2021, à l'âge de 69 ans, des suites d'un cancer. Le cinéaste laisse au monde des vivants des oeuvres magistrales écrites à quatre mains avec sa complice éternelle Agnès Jaoui.

"Smoking / No Smoking" (1993) de Alain Resnais

En 1992, le duo que le réalisateur Alain Resnais surnomme affectueusement les "Jabac" scénarise le long-métrage "Smoking / No Smoking". Cette version cinématographique de la série combinatoire de huit pièces "Intimate Exchanges", du dramaturge britannique Alan Ayckbourn, réunit Pierre Arditi et Sabine Azéma. L'histoire se concentre sur différents personnages habitants dans le Yorkshire, uniquement interprétés par les deux acteurs, qui font le récit de plusieurs versions de leur vie. Le film offre au duo Jean-Pierre Bacri et Agnès Jaoui le César du meilleur scénario original ou adaptation, le premier d'une longue liste.

"Un air de famille" (1996) de Cédric Klapisch

Pendant plus d'un an, de 1994 à 1995, Jean-Pierre Bacri et Agnès Jaoui portent la pièce qu'ils ont imaginé "Un air de famille" sur la scène du théâtre de la Renaissance (Paris). Deux Molières plus tard, en 1996, Cédric Klapisch met sur pied une version cinématographique de la pièce sur un scénario qu'il écrit en collaboration avec le duo qui l'a créée. Dans le long-métrage, Jean-Pierre Bacri et Agnès Jaoui gardent les rôles qu'ils ont interprétés sur scène. Le trio remporte le César meilleur scénario original ou adaptation en 1997.

"Le goût des autres" (2000) d'Agnès Jaoui

En 2000, Agnès Jaoui met en scène son premier long-métrage "Le Goût des autres". Pour le scénario, la réalisatrice s'entoure de son acolyte de toujours, Jean-Pierre Bacri, qui incarne également le personnage Jean-Jacques Castella. Ensemble, ils scénarisent ce long-métrage dans lequel cohabitent des milieux sociaux différents. "On est partis du constat qu'autour de nous, nos amis, nos maris, à 99,99%, étaient des gens du même milieu. Et ce malgré l'ouverture d'esprit qu'on prétend ou qu'on essaye d'avoir. Dans le film cohabitent des milieux différents, mais ils ne peuvent pas se rencontrer. Il peut y avoir tentative de rencontre, mais c'est compliqué et difficile", raconte Agnès Jaoui à la sortie du long-métrage. "Le Goût des autres" a été honoré du César du meilleur film et du meilleur scénario original ou adaptation en 2001.

Les commentaires sont désactivés pour cette page.