Décès de Claude Brasseur : 3 classiques indémodables illuminés par l'acteur

Décès de Claude Brasseur : 3 classiques indémodables illuminés par l'acteur©Nana Productions, Sipa

, publié le 22 décembre

Après avoir traversé sept décennies de l'histoire du septième art français et s'être essayé à presque tous les genres cinématographiques, Claude Brasseur est parti se reposer pour l'éternité, mardi 22 décembre 2020. Âgé de 84 ans, le grand homme s'en est allé dans "la paix et la sérénité entouré des siens" et "reposera aux côtés de son père au cimetière du Père-Lachaise à Paris", selon son agent Elisabeth Tanner qui a annoncé sa disparition à l'AFP. De Marcel Carné à Jean Renoir, en passant par Bertrand Blier et Jean-Jacques Annaud, l'acteur a cumulé les succès populaires au cours de sa longue et riche carrière. De ce florilège, il y a notamment ces trois oeuvres-ci que personne n'oubliera jamais.

"Une histoire simple" (1978) de Claude Sautet

Double nomination pour Claude Brasseur, l'acteur est nommé en tant que "meilleur acteur" mais aussi "meilleur second rôle" aux César 1979, pour sa performance en tant qu'amant de Romy Schneider dans l'émouvant long-métrage de Claude Sautet. Après "Les Choses de la vie" ou encore "Max et les ferrailleurs", la sublime comédienne joue une mère divorcée, prise au piège par plusieurs difficultés de l'existence (l'éducation de son jeune fils, la finance, les troubles sentimentaux, les soucis de son groupe d'amis...). Tant bien que mal, le personnage de Marie fait face mais voilà qu'un problème s'ajoute au tas : elle est enceinte de Serge qu'elle veut quitter.

Pour revoir les films de Claude Brasseur, rendez-vous sur la VOD d'Orange.

"Un éléphant, ça trompe énormément" (1976) d'Yves Robert

S'il s'est volontairement illustré dans des longs-métrages à l'ambiance morose, Claude Brasseur s'est aussi révélé être un véritable comique. Celui qui a également tourné pour Jean-Paul Rouve et Jean-Jacques Annaud fait partie de la prestigieuse distribution de l'oeuvre culte "Un éléphant, ça trompe énormément". Aux côtés de Jean Rochefort, Guy Bedos, Marthe Villalonga ou Anny Duperey, l'acteur interprète Daniel, un homosexuel et l'un des premiers personnages de cette orientation sexuelle montrée de manière positive par le cinéma français. Sa performance lui vaut le César du "meilleur acteur dans un second rôle" aux César 1977.

"Bande à part" (1964) de Jean-Luc Godard

Deux jeunes voyous, brillamment campés par les complices Claude Brasseur (Arthur) et Sami Frey (Franz), vont rencontrer la candide et spontanée Anna Karina (Odile). Un trio mythique, qui court côte à côte dans la grande galerie du Louvre ou qui se livre à une séquence dansée mémorable dans un bar, qui permet à Jean-Luc Godard d'avoir son triangle amoureux tel son ami François Truffaut avec son "Jules et Jim" et leur inoubliable Catherine. En petits délinquants, les comédiens deviennent des figures de la désobéissance sociale des années 1960. Les quatre cents coups des personnages deviennent un seul coup de maître !

Les commentaires sont désactivés pour cette page.