Damien Chazelle fait des révélations sur sa série "The Eddy"

Damien Chazelle fait des révélations sur sa série "The Eddy"©Roger Do Minh, DR

, publié le 14 février

Le talentueux réalisateur de "Whiplash" et "First Man", Damien Chazelle, prépare la série "The Eddy" pour Netflix. Vogue a rencontré les acteurs et dévoile en exclusivité, mardi 11 février 2020, de nouvelles informations.

Cinéaste prodige de 34 ans, les films de Damien Chazelle sont attendus au tournant et ce, surtout, depuis qu'il a remporté 5 Oscars pour l'ensorcelant "La La Land". Le Franco-Américain a décidé de surprendre avec une première excursion dans le milieu de la série. En mai dernier, il commençait le tournage de la série "The Eddy" pour Netflix. Un court synopsis, 5 visuels et 5 noms étaient lâchés dans la foulée. Le nom donné au programme est celui d'un club de jazz parisien en crise, tenu par Farid (Tahar Rahim) et son ami pianiste Elliot (André Holland vu dans "Moonlight"), qui a quitté son New-York natal. À la suite d'un crime commis devant l'établissement, tout bascule.

Leïla Bekhti joue l'épouse de Tahar Rahim, 10 ans après leur rencontre dans "Le Prophète". La Polonaise Joanna Kulig, époustouflante dans "Cold War", incarne une chanteuse alcoolique. Mardi 11 février, l'édition américaine de Vogue en dévoile plus sur cet alléchant programme qui alternera français et anglais.

Le côté sombre de la ville lumière

Damien Chazelle, qui a passé son enfance dans le XIIIe arrondissement, a voulu montrer un Paris différent des cartes postales : "Il y a ce mélange à Paris. Vous jetez un oeil aux appartements de l'ère haussmannienne et vous êtes plongé dans une iconographie plastique de Paris. Mais, juste à côté, il y a ce mur rempli de graffitis qui rappelle plus l'Europe de l'Est puis, au coin de la rue, vous vous retrouvez en Afrique du Nord". Le scénariste Jack Thorne a montré un intérêt tout particulier pour le périphérique définit par Vogue comme "ce qui sépare le centre plus touristique de la banlieue plus ouvrière" : "Je voulais un spectacle au bord de cette rocade, qui parle de la relation entre ceux de l'extérieur et ceux de l'intérieur" a-t-il annoncé.

Portée sur le multiculturalisme, la série offre des rôles secondaires à des non-acteurs issus de cités et fait appel à de véritables professionnels du jazz pour les scènes musicales. "Bien que 'The Eddy' souligne les complexités du Paris contemporain, il porte également les influences stylistiques du passé : les classiques de la nouvelle vague française des années 1960 tels que 'À bout de souffle' et 'Bande à part' ou le documentaire pionnier de cinéma vérité de 1961 de Jean Rouch et Edgar Morin, 'Chronique d'un été'. Chazelle a principalement utilisé la photographie de type documentaire, déployant des caméras portatives exploitées par une équipe agile", conclut Vogue. Ça promet !

Les commentaires sont désactivés pour cette page.