Clint Eastwood : "Jamais je n'aurais imaginé être encore là aujourd'hui"

Clint Eastwood : "Jamais je n'aurais imaginé être encore là aujourd'hui"©JACOVIDES-BORDE-MOREAU, BestImage
A lire aussi

, publié le 19 février

L'inarrêtable Clint Eastwood poursuit sa route avec un tout nouveau drame nommé "Le cas Richard Jewell", en salle le mercredi 19 février 2020. En pleine promotion, il se confie, avec modestie, sur son statut d'icône.

À bientôt 90 ans, l'acteur et réalisateur de "Million Dollar Baby", ou encore "Gran Torino", n'est pas prêt à mettre un point final à sa splendide carrière. Le favori de Sergio Leone, pour ses westerns, s'intéresse à l'attentat des Jeux Olympiques d'Atlanta. Cette tragédie survenue en 1996 est au coeur de sa dernière production que Clint Eastwood ne veut pas qualifier de "politique" : "Pour moi, il s'agit d'une tragédie américaine. Celle d'un homme ordinaire pris dans la tourmente d'événements extraordinaires l'ayant dépassé. Il est seul contre la société et l'opinion publique [...] Avec Richard Jewell, on se rend compte que dans une course effrénée au scoop, à vouloir désigner un coupable au plus vite, il y a eu des dérapages qui auraient certainement pu être évités", a-t-il expliqué au Figaro, ce mardi 18 février.

Membre de l'équipe de sécurité de l'événement, accusé lui-même d'avoir posé la bombe, l'homme traqué est joué par Paul Walter Hauser. Au casting sont également présents Olivia Wilde, Cathy Bates et Sam Rockwell.

"Je fonctionne à l'instinct"

Après "La Mule" et "Le 15h17 pour Paris" sortis en 2018, le patriotisme colle, encore, aux oeuvres de Clint Eastwood mais serait plus un cliché qu'une volonté : "Je n'ai jamais cherché à avoir une quelconque image. Elle s'est imposée d'elle-même, malgré moi, à cause de certains de mes rôles." Concernant la direction des comédiens, le cinéaste a avoué n'avoir pas de méthode déterminée : "Je fonctionne à l'instinct (...). Les acteurs peuvent être intelligents mais ce n'est pas nécessaire du moment qu'ils possèdent le talent qui les rend uniques."

Celui qui ne s'est "jamais considéré comme une légende", arguant humblement qu'il ne voit que lui-même dans la glace chaque matin, ne s'imaginait pas être toujours actif dans le 7e Art à cet âge : "Il y a soixante-cinq ans, je débutais dans ce métier en tant qu'acteur et jamais je n'aurais imaginé être encore là aujourd'hui."

Les commentaires sont désactivés pour cette page.