Charlotte Valandrey : ce rôle que Vanessa Paradis a décroché à sa place

Charlotte Valandrey : ce rôle que Vanessa Paradis a décroché à sa place©Thibaud MORITZ, Abaca

, publié le 1 janvier

En 1989, Jean-Claude Brisseau met en scène son troisième long-métrage "Noce Blanche". Si Charlotte Valendrey est pressentie pour incarner le rôle principal, les essais vont pousser le réalisateur à choisir Vanessa Paradis.

En 1985, Charlotte Valandrey décroche son premier rôle dans "Rouge Baiser" de Véra Belmont. Honorée de l'Ours d'argent de la meilleure actrice à la Berlinale 1986 à 16 ans, la carrière cinématographique de la jeune actrice semble prometteuse. Puis en 1989, Jean-Claude Brisseau donne vie à son troisième long-métrage "Noce Blanche", dans lequel il narre l'histoire de Mathilde Tessier, une adolescente de 17 ans qui vit une passion amoureuse et destructrice avec son professeur de philosophie François Hainaut (Bruno Cremer). Si Charlotte Valandrey est pressentie pour tenir le rôle principal, le réalisateur se tourne finalement vers une jeune star. Vanessa Paradis, connue du public grâce à son tube Joe le taxi, fait ainsi ses premiers pas sur grand écran à 16 ans et remporte le César du meilleur espoir féminin. Une déception pour Charlotte Valandrey, qui se dirige alors vers la télévision en intégrant le casting de "Les Cordier, juge et flic" de 1991 à 2000.

"Il ne s'agit pas de séropositivité, mais d'un choix cinématographique"

Lorsque Jean-Claude Brisseau prend la décision de confier à Vanessa Paradis le rôle principal de son long-métrage, cela fait trois ans que Charlotte Valandrey a appris sa séropositivité. Dans sa biographie "L'amour dans le sang" (Éditions, Le Cherche Midi.) parue en 2005, l'actrice "accuse Brisseau de lui avoir retiré sa confiance en apprenant la nouvelle avant le tournage de 'Noce blanche'", rappelle Libération lors de la retranscription d'un entretien avec le réalisateur sur le sujet.

En effet, peu après la sortie du livre, Libération a questionné Jean-Claude Brisseau sur le sujet. "'Tu devrais voir d'autres actrices, les assurances vont tiquer car Valandrey ne cache pas dans le milieu qu'elle est séropositive...' Cela m'inquiète, mais m'encourage aussi, par bravade, à lui conserver ma confiance. La seule chose que j'exige alors est une cure d'amaigrissement : elle est un peu ronde. Je lui prévois un séjour à la campagne, avec régime sévère, promenades et courses en forêt. Je vois son médecin pour fixer ce programme. Il réplique aussitôt : 'Ne la prenez pas !' Il est catégorique, me signifiant que je mets sa vie en danger. J'accepte alors de voir Vanessa Paradis. Elle est mon personnage, c'est évident. Je me retrouve déchiré entre mes promesses à Valandrey et mon intérêt pour Paradis. Je tourne des essais 35 mm avec les deux actrices. En les visionnant avec mes collaborateurs, la décision s'impose : Paradis doit jouer dans 'Noce blanche'. Il ne s'agit pas de séropositivité, mais d'un choix cinématographique", à alors raconté le réalisateur décédé le 11 mai 2019.

Les commentaires sont désactivés pour cette page.