César : 200 stars signent une tribune pour dénoncer les pratiques de l'Académie

César : 200 stars signent une tribune pour dénoncer les pratiques de l'Académie©Nasser Berzane, Abaca
A lire aussi

, publié le 11 février

Alors que plusieurs polémiques visent les César, le président Alain Terzian a promis dans le JDD, dimanche 9 février 2020, une "révolution culturelle" afin de mettre, entre autres, fin au manque de parité. Mais cela n'aura pas suffi à convaincre puisque 200 personnalités françaises ont signé une tribune publiée dans Le Monde, réclamant une refonte importante de l'Académie.

Les César en prennent pour leur grade. Alors qu'il s'était exprimé dimanche 9 février dans le JDD pour répondre notamment à la polémique concernant le manque de parité dans l'Académie (en plus de celle sur Roman Polanski), le président des César Alain Terzian n'est pas au bout de ses peines. Dans une tribune publiée par Le Monde, lundi 10 février 2020, 200 personnalités du cinéma français dont Omar Sy, Corinne Masiero, Gilles Lellouche ou encore Marina Foïs ont jugé sa réforme insuffisante.

"Nous nous réjouissons de ces changements à venir, mais ils nous semblent insuffisants", peut-on lire dans cette tribune. En réponse à l'interview donnée par Alain Terzian au JDD, les acteurs réclament une "réforme en profondeur" de l'Académie des César. En effet, ces derniers estiment n'avoir "aucune voix au chapitre ni dans les fonctionnements de l'académie et de l'association, ni dans le déroulé de la cérémonie", bien qu'ils soient membres de l'Académie des César.

Le fonctionnement des César totalement remis en cause

Leurs principaux reproches concernent les "dysfonctionnements", "l'opacité des comptes" et les statuts qui "n'ont pas évolué depuis très longtemps" et qui reposent encore et toujours sur "la cooptation". Ils réclament également de pouvoir voter directement afin d'élire leur représentants, comme cela est fait pour les Oscars ou les Bafta. Concernant la parité, ils souhaiteraient "un nouveau d'un système de cooptation, vestige d'une époque que l'on voudrait révolue, celle d'un système élitiste et fermé".

Les commentaires sont désactivés pour cette page.