Céline Dion a inspiré Géraldine Nakache pour son nouveau film avec Leïla Bekhti

Céline Dion a inspiré Géraldine Nakache pour son nouveau film avec Leïla Bekhti©Mars Films, DR

, publié le 26 août

Le 2 octobre 2019, les deux actrices seront à nouveau réunies au cinéma dans "J'irai où tu iras" un film qui, comme son nom l'indique, a été influencé par Céline Dion.

Pour sa première réalisation en solo, Géraldine Nakache a bien évidemment fait appel à celle qu'elle considère comme sa soeur, Leïla Bekhti. C'est donc ensemble que les deux amies assurent la promotion de "J'irai où tu iras". Pour Grazia, celles qui ont connu la consécration grâce à "Tout ce qui brille" se sont livrées sur ce nouveau projet en commun dont le titre est une référence à la chanson éponyme de Céline Dion.

"C'est le film qui ressemble le plus à Géraldine"

Car le personnage interprété par Géraldine Nakache est une chanteuse, grande fan de la chanteuse québécoise, qui se rend à un casting pour tenter de rejoindre les choristes de celle-ci. Une particularité qui s'est très vite imposée à la réalisatrice. "J'ai passé pas mal de mon temps, plus jeune, collée à la scène de Bar Mitsva ou de mariages, à regarder les chanteuses qui s'y produisaient", explique ainsi Géraldine Nakache. Et d'indiquer : "Il n'y a pas grand-chose qui sépare ces filles-là de Céline Dion : c'est une question de foi. Elles chantent devant des gens qui mangent et qui ne sont pas là pour elles, mais elles continuent quand même. Céline Dion est la star qu'on connaît maintenant, mais si cette cadette de 14 enfants, à Charlemagne au Québec, n'avait pas cru en elle, elle ne serait jamais arrivée là aujourd'hui."

Mais alors que les deux femmes sont inséparables dans la vie, dans "J'irai où tu iras", elles incarnent des soeurs que tout oppose. C'est d'ailleurs cet aspect du scénario qui a charmé Leïla Bekhti : "J'ai trouvé magnifique qu'on ne puisse pas se blairer." Et de saluer le travail de son amie : "Pour moi, c'est le film qui ressemble le plus à Géraldine. Tu vois la manière dont elle regarde les gens, avec pudeur et un amour infini. (...) Et quand c'est drôle, c'est toujours fin."

Les commentaires sont désactivés pour cette page.