Ce soir-là : des rescapés du Bataclan se confient sur ce film "dur à regarder"

Ce soir-là : des rescapés du Bataclan se confient sur ce film "dur à regarder"©France 2, DR
A lire aussi

Marine de Guilhermier, publié le 26 juin

Le 26 juin 2019, France 2 diffusera une fiction intitulée "Ce soir-là et les jours d'après", revenant sur les attentats du 13 novembre 2015. Après l'avoir vue en avant-première, des rescapés du Bataclan ont livré leurs réactions au Parisien.

En décembre 2017, en plein tournage de "Ce soir-là et les jours d'après", une pétition avait vu le jour pour que ce téléfilm relatant le drame qui s'est déroulé à Paris le 13 novembre 2015 à travers les yeux d'une voisine du Bataclan (Sandrine Bonnaire) qui a secouru quelques victimes, soit abandonné par France 2. Un an et demi plus tard, celui-ci va finalement être diffusé, après que la chaîne a consulté plusieurs associations sur le sujet. En amont de sa diffusion à la télé, des rescapés de l'attentat ont été invités à le regarder et à donner leurs impressions au Parisien.

"En dessous de la réalité"

"J'avais une appréhension sur l'utilisation d'images d'archives, je redoutais de l'exagération ou de l'affabulation", a indiqué Gaëlle, une femme de 37 ans qui a été grièvement blessée lors de la fusillade, avant de reconnaître que ses peurs n'avaient pas lieu d'être : "Mais je n'ai pas été choquée. Il n'y a pas d'indélicatesse." De son côté, Thibaut, 28 ans, n'a pas trouvé le téléfilm assez ancré dans le réel : "Tout est en dessous de la réalité, de ce que l'on a vécu après. Tout va trop vite : on voit que les rescapés se retrouvent au bistrot quelques jours plus tard et plaisantent."

Également présente dans la salle de concert et interrogée par LeParisien, Lydia, 30 ans, a confié se sentir "proche de tous les personnages" de "Ce soir-là et les jours d'après", mais aussi avoir été submergée par les souvenirs en le visionnant : "Ça a été dur de regarder le film. J'ai arrêté plusieurs fois parce que le début où les spectateurs s'enfuient a fait remonter les souvenirs d'un bloc."

Les commentaires sont désactivés pour cette page.