Catherine Frot : sa condition pour apparaître nue dans Qui m'aime me suive

Catherine Frot : sa condition pour apparaître nue dans Qui m'aime me suive©Alain Guizard, DR
A lire aussi

Solène Filly, publié le 14 mars

À l'affiche de "Qui m'aime me suive !" aux côtés de Daniel Auteuil et Bernard Le Coq le 20 mars 2019, Catherine Frot a révélé les dessous de son apparition nue dans la première scène du film.

Dans le nouveau long-métrage de José Alcala, Catherine Frot incarne Simone, une femme à la retraite qui décide de fuir la maison qu'elle partage avec Gilbert, son mari (Daniel Auteuil, qui sera bientôt Maigret pour Patrice Leconte), après le départ de son voisin et amant, Étienne (Bernard Le Coq). Malgré leurs nombreuses disputes, lorsqu'il se retrouve seul, Gilbert va se lancer à la recherche de sa compagne et tenter de la reconquérir. Et si la bande-annonce donne un bel aperçu des aventures qui les attendent tous les trois, elle se garde bien de dévoiler que Catherine Frot apparaît nue dans la première scène du film.

"C'est pas bien méchant"

Interrogée à ce propos par Anne-Élisabeth Lemoine sur le plateau de C à vous, celle que l'on retrouvera bientôt au côté de Gérard Depardieu a révélé que, si elle n'a aucun problème avec l'idée d'être dévêtue dans le film, elle a tout de même imposé une condition au réalisateur : "J'ai dit on le met pas dans la bande-annonce." Sous les rires des chroniqueurs, elle a minimisé ensuite son apparition nue à l'écran : "Enfin bon, ça dure pas longtemps. Et puis il y a de la pénombre. C'est pas bien méchant, hein."

Au cours de la même interview, Catherine Frot est revenue sur son passage à vide après son César et son Molière en 2016 : "Ça a été une année un peu folle pour moi, j'avoue, une dose d'énergie assez énorme. Du coup, derrière, j'ai fait un an et demi de pause." Et de révéler : "Je n'avais plus envie de rien." Heureusement, elle enchaîne désormais les projets puisqu'après "Qui m'aime me suive !", on pourra la retrouver dans "Voyage en hiver" de Claus Drexel et "Des hommes" de Lucas Belvaux.

Les commentaires sont désactivés pour cette page.