Bourvil : le supplice qu'il a vécu sur le tournage du Cerveau avec Belmondo

Bourvil : le supplice qu'il a vécu sur le tournage du Cerveau avec Belmondo©REPORTERS ASSOCIES, Getty Images

, publié le 30 décembre

Un peu plus d'un an avant le décès de Bourvil en septembre 1970, sortait "Le Cerveau", une comédie policière dans laquelle il donnait la réplique à Jean-Paul Belmondo et dont le tournage avait été particulièrement dur à vivre pour lui.

Les derniers tournages de Bourvil ont été éprouvants. Souffrant d'un cancer de la moelle osseuse, le monstre sacré a connu une fin de vie difficile mais a souhaité continuer à tourner après avoir été diagnostiqué. Gérard Oury - qui l'avait dirigé dans "La Grande Vadrouille" et qui l'a retrouvé en 1968 pour mettre en boîte "Le Cerveau" - raconte dans son ouvrage "Mémoires d'éléphant" comment la maladie a impacté l'acteur lors des prises de vue.

Une funeste prédiction

"Plusieurs fois, Bourvil s'est plaint des douleurs dorsales qu'il attribue à la chute de vélo faite pendant le tournage des 'Cracks'. Massages, kinési, corset. 'Ça passera'... disait-il", écrit le réalisateur. Mais les lombalgies n'étaient pas la seule source d'inconfort pour le légendaire comédien. Dans ses mémoires, comme le rappelait Gala au moment de la diffusion du "Cerveau" sur W9 début décembre 2019, Gérard Oury raconte aussi que Bourvil peinait parfois à dire ses répliques, faute à une paralysie partielle de sa langue, mais qu'il assurait néanmoins que tout allait bien, préférant cacher son cancer.

Le jour de l'avant-première du long-métrage au printemps 1969, celui qui a longtemps été le compagnon de Michèle Morgan a demandé au médecin de Bourvil comment l'acteur allait réellement car il voulait le faire tourner à nouveau et s'est vu répondre : "Pardonnez-moi de vous le dire avec brutalité, mais Monsieur Bourvil ne tournera pas votre film. Dans une année, peut-être plus, Monsieur Bourvil aura cessé de vivre." Et effectivement, l'acteur s'est éteint le 23 septembre 1970 après une longue agonie.

Les commentaires sont désactivés pour cette page.